(© picture-alliance/dpa)

  Réforme de la justice en Roumanie

  5 Débats

En Roumanie, les citoyens s'opposent à la réforme de la justice. Ils ont été 70 000 à braver la neige samedi, rien que dans la capitale, Bucarest. La formation d'un nouveau gouvernement est vraisemblablement à l'origine de la mobilisation, car la nouvelle Première ministre passe pour être hostile à la lutte anti-corruption. Si certains éditorialistes sont enthousiastes, d'autres s'inquiètent de la nouvelle vague d'émigration qui touche le pays.

Le Sénat roumain a adopté mardi la première de trois lois judiciaires controversées - les deux autres devant être examinées ce mercredi. Alors que les citoyens se mobilisent depuis des semaines contre ces lois, les juges et les procureurs viennent de rallier eux aussi le mouvement de protestation. Les médias roumains expliquent en quoi cette réforme fera obstacle au travail de la justice et se font peu d'illusions quant au succès de la contestation.

Des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau manifesté en Roumanie ce week-end pour protester contre une réforme controversée de la justice. Le vote au Parlement sur ce projet, initialement prévu pour la semaine passée, a été reporté. La presse roumaine comprend le mécontentement des manifestants, qui se cristallise essentiellement sur les présidents des deux chambres parlementaires, Liviu Dragnea et Călin Popescu-Tăricean, tous deux accusés de corruption.

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche soir dans plusieurs villes de Roumanie pour protester contre un projet de réforme de la justice. Elles critiquent le fait qu'à l'avenir, le président n'ait plus son mot à dire dans la nomination des procureurs anticorruption, cette compétence devant dorénavant échoir intégralement au ministère de la Justice et au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Les journalistes roumains critiquent le projet et font l'éloge des manifestants.

Grâce aux voix des partis social-démocrate et libéral au pouvoir, le Parlement roumain a adopté une réforme judiciaire controversée. L'UE condamne des amendements propres à porter atteinte à l'indépendance des juges et à permettre l'impunité de députés corrompus. La réforme sera soumise au vote du Sénat la semaine prochaine. Levée de boucliers dans la presse roumaine.