Navigation

 

Revue de Presse | 22.05.2015

 

À LA UNE

Palmyre menacée par Daech

Après avoir détruit des sites archéologiques en Irak, les terroristes de l'EI menacent à présent l'ancienne oasis de la ville de Palmyre en Syrie. (© picture-alliance/dpa)

 

Mercredi, l'EI s'est emparé de la ville syrienne de Tadmor et des ruines antiques de Palmyre. Le monde est condamné à être le témoin impuissant de la disparition de ce site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, déplorent certains commentateurs. D'autres reprochent à l'Occident de s'apitoyer davantage sur le sort de vieilles pierres que sur celui de centaines de milliers de victimes de la guerre.

Mladá fronta Dnes - République tchèque

Les témoins impuissants de la disparition de Palmyre

La cité antique de Palmyre, oasis du désert de Syrie, est vouée à disparaître, devant un Occident impuissant, déplore le quotidien libéral Mladá fronta Dnes : "Les vidéos que l'on pourra voir sur Internet nous briseront le cœur. Nous verrons l'EI saccager des colonnades et des voûtes de pierres millénaires qui ne sont qu'idolâtrie aux yeux de l'EI. Mais l'Occident n'est pas prêt à déployer des troupes au sol. Les Américains, tout comme les Tchèques, ne veulent pas voir leurs soldats tomber au Proche-Orient. Il n'y aura que des attaques aériennes. Les Américains seraient en mesure de mener des frappes ciblées. Mais ceci reviendrait à venir en aide au dictateur Assad, qui avait le contrôle de Palmyre jusqu'à présent. En d'autres termes, les avions de chasse deviendraient l'armée de l'air de celui qui a recouru à l'arme chimique et qui a détruit la Syrie avec brutalité. C'est pour cette raison que Palmyre ne sera pas sauvée, et qu'elle n'existera bientôt plus que sur des photos." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

nrc.next - Pays-Bas

Une solidarité ridicule envers un tas de cailloux

L'indignation mondiale face à la prise de Palmyre par Daech est grotesque, déplore l'écrivain Ilja Leonard Pfeijffer dans le quotidien libéral nrc.next : "Lorsqu'apatrides et réfugiés implorent notre aide, nous fermons les yeux, les oreilles et les frontières. Mais lorsqu'un tas de pierres photogéniques est assiégé, voilà que nous crions au meurtre. Je crois savoir pour quelle raison : Palmyre nous appartient. … Ce sont les Romains qui ont bâti cette ville, il s'agit donc de nos racines historiques. Ce site fait partie de notre culture et nous voulons montrer qu'il nous est précieux. … Nous nous sentons intimement liés à ces vestiges de pierre. En revanche, les Syriens et Irakiens qui ont perdu leur vie et leur patrie nous sont totalement étrangers. Nous les considérons avec indifférence ou méfiance. Il semble plus simple de se montrer solidaire envers quelques colonnes érigées en plein désert, que vis-à-vis de centaines de milliers de victimes de la guerre." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

El Mundo - Espagne

L'EI ne peut être combattu que conjointement

Le groupe terroriste EI représentant un danger pour la sécurité internationale, il faut unir ses forces pour le combattre, exhorte le quotidien conservateur El Mundo : "Il existe un Etat terroriste qui ne cesse de se consolider et détruit les frontières d'une région dont la stabilité perdurait depuis près d'un siècle. Un groupe qui se finance par le pillage des villes conquises et la vente sur le marché noir de pétrole volé. Qui a mis en place une politique implacable d'extermination ethnique et religieuse et propage le terrorisme islamiste dans le monde entier. Une raison suffisante pour que nous unissions nos forces afin de lui livrer bataille. De par son existence, l'EI est non seulement une menace pour la région, mais également pour la sécurité internationale." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Berliner Zeitung - Allemagne

L'inexorable déliquescence de l'Irak et de la Syrie

Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter l'avancée de Daech, fait remarquer le quotidien de centre-gauche Berliner Zeitung qui prédit un avenir bien sombre à la région : "Ramadi a été renversée par les terroristes bien que les Etats-Unis aient essayé de les en empêcher par d'innombrables frappes aériennes. … La situation n'est guère plus brillante en Syrie, où les forces du gouvernement ont dû céder Palmyre à l'EI. Face à une armée qui se limite à défendre les intérêts de Bachar el-Assad et à une opposition forgeant des alliances tout au plus temporaires dans la lutte contre l'EI, les terroristes continuent d'élargir leur pouvoir. En Irak, où les Kurdes et les tribus sunnites combattaient avec résolution au côté des Américains, la situation semblait un temps être différente. Après la défaite de Ramadi, il se peut que les chefs de tribus soient enclins à rallier l'EI sunnite et à s'opposer à l'élite chiite au pouvoir à Bagdad. Tout espoir de vaincre l'EI est vain. La déliquescence de l'Irak et de la Syrie semble inévitable." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Die Presse - Autriche

Le Partenariat oriental est trop ambigu

Le sommet de l'UE sur le Partenariat oriental organisé à Riga a encore une fois mis en évidence l'indécision de l'EU dans son rapport avec ses voisins de l'Est, estime le quotidien conservateur Die Presse : "Depuis sa création, le Partenariat oriental est une entité mi-figue mi-raisin. L'UE a tenté d'étendre en douceur sa zone d'influence, mais sans aucune ambition politique. Tant que l'UE ne sera pas en mesure d'offrir à ces pays un rapprochement économique solide susceptible d'aboutir à leur adhésion, sa marge de manœuvre restera limitée. Il faudrait par exemple exhorter davantage le gouvernement ukrainien à mettre en place des réformes fondamentales et à analyser de manière crédible son histoire récente. L'Europe est critiquée à maintes reprises, notamment par la Russie, pour exercer trop d'influence. En vérité, c'est le manque d'influence de l'Europe qui la rend vulnérable. Car elle exige à ces pays de prendre une nouvelle direction sans avoir le pouvoir nécessaire pour les accompagner." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

L'Obs - France

La Russie devrait figurer au sommet de Riga

Le sommet de l'UE sur le Partenariat oriental à Riga a lieu sans que la Russie ne soit représentée. On ne saurait établir un équilibre en Europe orientale sans Moscou, analyse l'historien Thomas Flichy de la Neuville dans l'hebdomadaire de centre-gauche L'Obs : "Si nous n'avions affaire ici qu'à des État-tampons, conformément à la théorie de l'équilibre des pouvoirs, née au XVIIe siècle, le Partenariat oriental ne prêterait guère à confusion. Mais la réalité est tout autre puisque ces États sont en passe de devenir des marches militarisées. Celles-ci visent d'ores et déjà à empêcher au sud la connexion stratégique et énergétique entre la Russie et l'Iran, et au nord, à pousser un coin dans des espaces qui constituent historiquement le cœur même de la Russie. Bref, seule l'inclusion de la Russie elle-même dans ce partenariat permettrait de rétablir l'équilibre et de fonder les bases d'un dialogue finalisé à la paix." (21.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere del Ticino - Suisse

La politique migratoire de l'UE minée par les égoïsmes nationaux

L'égoïsme national a le vent en poupe dans l'UE, critique le quotidien libéral Corriere del Ticino, qui voit l'esprit de l'Europe sombrer avec les bateaux de réfugiés qui chavirent en Méditerranée : "La stratégie migratoire européenne menace d'achopper sur le système de quotas et s'avère n'être qu'une déclaration de façade. Les 28 Etats membres rechignent à accepter que la situation des migrants n'étant pas un état d'urgence passager, elle demande une réponse structurelle. Il est un facteur qui complique encore la tâche de l'UE à mener une action commune responsable : la renaissance de l'État-nation. La résurgence d'intérêts stratégiques qui ouvrent aux différentes nations une perspective de pouvoir égocentrique. Cet esprit est aux antipodes de celui qui a animé la création de l'UE." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Gazeta Wyborcza - Pologne

Duda bientôt l'Orbán de la Pologne ?

Les Polonais seront appelés aux urnes dimanche pour le deuxième tour des présidentielles. A la surprise générale, le candidat national-conservateur du PiS Andrzej Duda avait obtenu le meilleur score au premier tour. La Pologne pourrait connaître une situation comparable à celle de la Hongrie s'il devenait président, redoute le quotidien libéral Gazeta Wyborcza : "Les présidentielles, ainsi que les législatives qui auront lieu cette année, pourraient ramener le PiS au cœur du pouvoir. Il s'agit d'un parti qui remet en cause l'Etat dans sa forme actuelle. … Président, Duda ne sera ni médiateur conciliant pour résoudre les conflits, ni gardien de la Constitution. Il entend bien plus mettre à profit une majorité du PiS au Parlement polonais pour instaurer un régime comme celui d'Orbán. Il consignera dans la Constitution le nationalisme et les dogmes de l'Eglise catholique. Les institutions publiques seront noyautées par son parti." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Agos - Turquie

Le parti pro-kurde HDP, rude adversaire de l'AKP

Des attentats à la bombe visant deux bureaux du parti pro-kurde HDP dans les villes de Mersin et d'Adana dans le sud de la Turquie ont fait six blessés lundi. L'HDP accuse l'AKP, le parti au pouvoir, d'avoir commandité ces attentats. Du moins ce dernier n'a-t-il rien entrepris pour les empêcher, car l'HDP menace sa toute-puissance, écrit l'hebdomadaire de la minorité arménienne Agos : "L'HDP a imprimé sa marque à cette campagne électorale en se présentant et en frôlant la barre des dix pour cent. S'il devait la franchir, il serait en mesure de freiner le pouvoir de l'AKP. … Au cours de ces élections, l'AKP doit pour la première fois donner la réplique aux arguments de ses concurrents. … Si c'est une première pour l'AKP dans le contexte d'une campagne électorale, ce n'est pas la première fois dans son histoire. Suite à la contestation du parc Gezi, l'AKP avait déjà perdu du terrain politique et son hégémonie." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

De Morgen - Belgique

Une ministre de l'Energie qui ment présente un risque

La ministre belge aux Affaires énergétiques Marie-Christine Marghem a avoué ne pas avoir suffisamment informé le Parlement du prolongement de la durée de vie de centrales nucléaires. Elle avait tenu sous silence une expertise juridique émettant un avis négatif. Le quotidien de centre-gauche De Morgen est sidéré par l'explication lapidaire de Marghem : "C'est une question de tempérament, a-t-elle invoqué sans se départir de son sérieux, si à plusieurs reprises, elle n'a pas dit la vérité au Parlement. … Un prétexte qui est aussi embarrassant que ridicule, mais surtout préoccupant. Si une ministre de l'Energie est victime de son tempérament quand elle est censée exposer aux représentants du peuple de simples faits, comment pourrons-nous lui faire confiance quand il s'agira de choses sérieuses, par exemple d'approvisionnement énergétique ou de sécurité nucléaire ? Il ne s'agit pas de papotages excessifs ou de trous de mémoire. On a délibérément empêché le Parlement d'exercer sa fonction de contrôle. Si ceci découle du tempérament de Madame Marghem, elle n'a rien à faire au gouvernement." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Kymen Sanomat - Finlande

Un fossé dangereux entre riches et pauvres

Selon une récente étude de l'OCDE, l'écart actuel entre riches et pauvres dans le monde occidental n'a jamais été aussi important depuis ces trois dernières décennies. Une menace pour la cohésion sociale et la stabilité politique, estime le quotidien Kymen Sanomat : "Le développement déconcerte les chercheurs en économie : un avis répandu veut que l'inégalité des revenus soit un moteur de croissance économique. ... Mais en réalité, cette dernière est en berne depuis longtemps, voire inexistante, tandis que les écarts de richesses ne cessent de se creuser. ... L'histoire a montré que les grandes inégalités de revenus avaient engendré des révolutions. En théorie, cette hypothèse pourrait très bien s'appliquer aux pays développés. Dans le monde occidental qui a réussi à consolider sa prospérité, il est assez peu probable que des révolutions voient le jour. Cependant, les inégalités croissantes risquent de miner peu à peu la stabilité politique." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

CULTURE

Novosti - Croatie

Auto-censure consternante à Dubrovnik

Le comité de direction des festivals d'été de Dubrovnik a décidé la semaine dernière de retirer provisoirement de sa programmation la pièce de théâtre Les Particules élémentaires de l'écrivain français controversé Michel Houellebecq, dont l'islamophobie a été critiquée à plusieurs reprises. Le ministère croate de l'Intérieur a en effet considéré que sa représentation constituait un risque pour la sécurité. Une démarche qui illustre l'arriération mentale de l'inquisition culturelle et politique croate dans toute sa splendeur, s'insurge l'hebdomadaire de gauche de la minorité serbe Novosti : "La tolérance et l'amour de 'ce qui est différent', des vertus toutes nouvelles pour nous, ont été mises au service de la sécurité nationale. L'exemple de Dubrovnik montre que la pseudo lutte contre le terrorisme s'apparente davantage à un terrorisme culturel. Dans ce contexte démocratique qui est le nôtre, la peur n'est qu'un catalyseur qui sert à faire régner la répression. Avec l'affaire Houellebecq, on prétend se soucier des citoyens de confession différente pour favoriser en fait l'extrême droite dans la société croate, ce qui n'est pas un bon présage." (22.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Irish Examiner - Irlande

L'Irlande doit dire oui au mariage homosexuel

Un référendum sur l'introduction du mariage homosexuel est organisé ce vendredi en Irlande. Selon les sondages, elle sera largement approuvée par la population. Un résultat qu'espère également le quotidien libéral Irish Examiner : "La réforme prévue offre aux personnes non hétérosexuelles la possibilité de s'appuyer sur la Constitution pour faire valoir des droits que tous les autres citoyens considèrent comme une évidence. ... Elle découle de cette reconnaissance que la souffrance, la discrimination et la solitude qui ont été infligées à tant de nos frères, sœurs, cousines, cousins et amis doivent prendre fin. Ceux qui s'opposent à cette réforme sont nombreux à être pleinement convaincus de leur point de vue. Leur opinion mérite d'être respectée et entendue. Mais leur réticence ne justifie pas qu'une discrimination constitutionnelle de tant de personnes perdure." (21.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Gândul - Roumanie

Les allocations familiales n'apportent rien à la Roumanie

Mercredi, le montant des allocations familiales a été multiplié par deux par le Parlement roumain pour atteindre 20 euros. Si on souhaite offrir de véritables perspectives d'avenir aux enfants vivant dans ce pays marqué par la pauvreté qu'est la Roumanie, il faut davantage se retrousser les manches, estime le journal en ligne Gândul : "Plutôt que d'encourager la natalité dans les régions pauvres où les enfants sont condamnés à mener une vie de misère, ne vaudrait-il pas mieux leur offrir de meilleures conditions de vie et d'éducation ? Une initiative qui nécessiterait, il va de soi, un travail bien plus important qu'une simple augmentation des allocations familiales. Elle impliquerait d'investir davantage dans les crèches et les maternelles, dans les écoles, mais aussi dans les programmes de cours qui montrent aux enfants que le travail et les connaissances mènent quelque part. Qu'on le veuille ou non, c'est sur l'éducation qu'il faut miser : c'est le seul moyen qui permettra au pays de sortir de son impasse actuelle." (21.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Neatkarīgā - Lettonie

La présidente de Lituanie perd de son aura

Dans une interview accordée cette semaine à la télévision lettone, la présidente de Lituanie Dalia Grybauskaitė a refusé de répondre à deux questions qui n'avaient pas été convenues au préalable. L'une portait sur l'éventualité de l'adoption du mariage entre personnes de même sexe en Lituanie, l'autre sur l'effondrement d'un supermarché à Riga. Pour le quotidien national conservateur Neatkarīgā, Grybauskaite, c'en est fait de sa réputation : "Ce soir-là, la présidente du pays voisin, d'habitude si parfaite et si adulée pour ses formidables discours, s'est présentée sous un autre jour. Pour être plus précis, elle s'est compromise, car il s'est avéré que la personne que l'on porte aux nues dans ce pays n'est qu'une illusion. Le roi est nu, il n'y a pas de raison de s'extasier. On comprend mieux la conception que se fait Grybauskaite de la démocratie à présent. … Les Lettons seraient bien avisés de réviser leur admiration pour Grybauskaite et ses grandes déclarations." (21.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu