Estonie : Litige sur les commentaires anonymes

Les commentaires anonymes en ligne font couler beaucoup d’encre en Estonie, au point que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a été saisie de la question de leur légitimité. Suite à une condamnation prononcée par des tribunaux estoniens pour des commentaires d’utilisateurs injurieux postés sur son site Internet, le portail Delfi avait porté plainte en 2015 pour atteinte à son droit à la liberté d’expression. Les juges européens ont cependant fait valoir dans leur verdict que la responsabilité des commentaires d’utilisateurs incombait au média.

Commentaires en ligne sur le portail Delfi. (@Stefan Günther/n-ost)
Commentaires en ligne sur le portail Delfi. (@Stefan Günther/n-ost)
Par le passé, plusieurs médias estoniens n’opéraient aucun tri dans les commentaires et publiaient tous les messages, même les messages anonymes. Or confrontés à une dégradation du niveau des commentaires qui prenaient des accents de plus en plus haineux, certains journalistes n’osaient plus publier leur opinion. Depuis la décision de la CEDH, Postimees et ERR Online n’autorisent plus les commentaires anonymes et les utilisateurs doivent s’identifier par un nom d’utilisateur électronique pour poster un commentaire. La qualité des commentaires sur les plate-formes s’en est trouvée nettement améliorée.

Le paysage médiatique estonien compte plusieurs médias russophones, notamment des quotidiens, hebdomadaires, portails en ligne et stations radio. Une nouvelle chaîne publique russophone a été créée en octobre 2015, ETV+. Son audimat est pour l’instant encore modeste et elle cible surtout les utilisateurs en ligne.

En 2013, le rachat du journal Postimees par Eesti Meedia avait fait des remous. A l’époque, le groupe Eesti Media était partiellement (aujourd’hui entièrement) détenu par l’entrepreneur pharmaceutique Margus Linnamäe. Immédiatement après la reprise de Postimees, la loi sur les pharmacies avait fait l’objet d’un débat parlementaire. Le journal avait ouvertement défendu les intérêts des monopolistes de l’industrie pharmaceutique.

Les blogs et les réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus important. Beaucoup de commentaires sur les médias sociaux postés par des politiques ou d’autres personnalités connues du public sont repris sur les portails en ligne, leur visibilité médiatique s’en trouvant ainsi décuplée. Certains blogs influents, par exemple Poliitika.guru, ont une portée parfois supérieure à celle des portails en ligne des médias classiques.

Depuis l’indépendance de l’Estonie en 1991, la liberté de la presse est garantie par la Constitution.

Classement pour la liberté de la presse :
Reporters sans frontières : rang 12 (2017)
Freedom House : Rang 15 – statut : libre (2016)

Mise à jour: Mai 2017
Rechercher un média

Médias de Estonie à euro|topics

Rechercher un média