Xi Jinping en République tchèque

Sur fond de protestations organisées par les militants tchèques des droits de l’homme, le président chinois Xi Jinping a débuté lundi sa visite d’Etat à Prague. La semaine précédente, le président allemand Joachim Gauck l'avait également rencontré à Pékin. La presse commente l’attitude des dirigeants et des militants européens vis-à-vis du président chinois.

Ouvrir/fermer tous les articles
Dennik N (SK) /

La complaisance gênante des PECO vis-à-vis de Moscou et Péking

A l’issue de la visite du président chinois Xi Jinping à Prague, le quotidien libéral Dennik N porte un regard critique sur les relations qu'entretiennent la Tchéquie, la Slovaquie et la Hongrie avec la Chine et la Russie :

«La Russie contribue activement à affaiblir les démocraties occidentales. Elle veille à ce que les flux migratoire vers l’Europe ne tarissent pas, finance les extrémistes, attise la méfiance envers l’Etat de droit et les médias libres. ... La Chine ne se contente pas non plus d'endosser le rôle d’observateur neutre. Elle utilise ses moyens économiques tout en poursuivant des objectifs similaires. ... Le fait que la Tchéquie, la Slovaquie et la Hongrie se prosternent devant Pékin et Moscou est embarrassant, mais ceci jette également le doutes sur l’orientation de ces pays en politique étrangère. Et cela ne confère aucun avantage économique, contrairement à ce qu’affirment les politiques. Pas étonnant que les alliés de la Chine et de la Russie soient ceux qui pestent le plus contre les réfugiés et attisent le nationalisme.»

Právo (CZ) /

Les manifestations hostiles à Pékin sont ridicules

A l’occasion de la visite de Xi Jinping, le président Miloš Zeman a évoqué un nouveau départ et espère des investissements de plusieurs milliards. Ceci n'a pas empêché les militants tchèques des droits de l’homme de protester contre la venu du chef d'Etat chinois. Le quotidien de gauche Právo se moque de cette mobilisation :

«Nos militants, qui critiquent Zeman pour les contacts accrus avec la Chine et qui profanent des drapeaux chinois, ne sont pas cohérents. Où étaient-ils quand le président chinois a traversé Londres dans un carrosse doré, en compagnie de la reine Elizabeth ? Ou bien lorsqu’il a été reçu avec les honneurs à la Maison-Blanche ? Xi a participé aux Etats-Unis à une série de négociations avec de grands patrons américains, et s’est notamment rendu au siège de Microsoft. Nos élites intellectuelles n’ont pas hissé le drapeau tibétain lorsque Boeing a signé avec la Chine un contrat de vente de 300 avions dernier cri. Il n’y avait eu aucune manifestation alors, devant l’ambassade américaine à Prague.»

Frankfurter Rundschau (DE) /

Ce ne sont pas des mots qui feront évoluer la Chine

"La revendication de liberté finit toujours par l’emporter" a déclaré Gauck dans son discours de mercredi. Des propos qui n’auront aucun impact, estime le journal de centre-gauche Frankfurter Rundschau :

«La déclaration du pasteur de RDA ressemblait à une mise en garde à l’encontre du gouvernement communiste de Pékin. Cela faisait longtemps qu’un homme politique n’avait pas exprimé un point de vue aussi vindicatif envers la Chine. … Malgré son engagement courageux, Gauck ne changera pourtant rien à la donne. Le gouvernement chinois n’a que faire des opinions venant de l’étranger. Le pays, au titre de deuxième économie mondiale, d'Etat le plus peuplé de la planète, de puissance financière, maritime et mondiale, se moque bien de ce qu’on peut dire de lui. Ce qui importe pour les dirigeants du PCC, c’est l’opinion du peuple ; or, contrairement à ce que raconte Gauck, celui-ci ne bronche pas.»

Hospodářské noviny (CZ) /

Prague critiquera-t-elle la Chine ?

Le président chinois Xi Jinping effectuera lundi une visite d’Etat en République tchèque. Le quotidien économique libéral Hospodářské noviny se demande si l’administration tchèque se comportera vis-à-vis de son hôte avec autant de courage que l’avait fait le président allemand Joachim Gauck lors de sa visite en Chine :

«Les représentants du régime chinois sont habitués à être flagornés par leurs interlocuteurs, qui espèrent de bonnes relations commerciales. Ils ne s’attendaient donc pas du tout à ce que Joachim Gauck se comporte différemment. Or celui-ci s’est interrogé sur la conformité du monopole hégémonique du PCC avec les fondements de l'Etat de droit, s’est intéressé aux droits des travailleurs et des syndicats, et a mis l’accent sur la protection des droits de l’homme, en évoquant des exemples concrets. Xi Jinping sera à Prague lundi. Tout le monde attend de voir s’il se trouvera quelqu’un susceptible d’imiter un tant soit peu Joachim Gauck.»