Berlin/Varsovie, les raisons d'un clash

Les relations germano-polonaises sont actuellement minées par de nombreuses divergences. Après les disputes portant sur la politique européenne et la réforme de la justice polonaise, c'est maintenant au tour des réparations de guerre réclamées par Varsovie à Berlin. Les chroniqueurs de part et d'autre de l'Oder s'interrogent sur la vision qu'ont les Allemands de leurs voisins polonais.

Ouvrir/fermer tous les articles
Frankfurter Allgemeine Zeitung (DE) /

Les Allemands ignorent le passé douloureux de la Pologne

L'ignorance des Allemands par rapport à leurs voisins orientaux est l'un des facteurs expliquant la dégradation des rapports germano-polonais, estime Frankfurter Allgemeine Zeitung :

«La Pologne ne joue pas de rôle majeur dans la perception que les Allemands ont d'eux-mêmes. La plupart d'entre eux n'y attachent pas d'importance, la Pologne n'étant à leurs yeux qu'un pays voisin parmi d'autres, malgré sa grande superficie. ... Pour les Polonais en revanche, les rapports avec l'Allemagne constituent une question existentielle - au sens littéral, après que les occupants allemands ont mené de 1939 à 1945 une guerre d'extermination contre la population civile. Même ceux pourvus de connaissances historiques en Allemagne ignorent combien l'occupation allemande fut brutale en Pologne. Si le massacre d'Oradour-sur-Glane est bien ancré dans la conscience collective, ce n'est pourtant pas le cas de centaines de localités polonaises qui ont subi le même sort.»

Wpolityce.pl (PL) /

Un patriotisme polonais incompris

Dans un commentaire publié sur le portail progouvernemental wpolityce.pl, la journaliste Krystyna Grzybowska, correspondante en Allemagne dans les années 1990, répond à l'article de Frankfurter Allgemeine Zeitung :

«Conscients des intérêts économiques et financiers de l'Allemagne en Pologne, certains chroniqueurs allemands tentent de modérer leurs positions vis-à-vis de la Pologne. Mais leur tentative se montre assez empruntée. Ils ne comprennent visiblement pas la mentalité de notre peuple, pour lequel le patriotisme est la valeur suprême. ... De l'avis de l'éditorialiste de FAZ, la Pologne conservatrice mériterait compassion et respect. L'auteur ne cherche toutefois pas expliquer pourquoi les connaissances historiques sont si limitées dans son pays s'agissant de l'horreur et à la brutalité de l'occupation allemande en Pologne.»