Démission de l'ambassadeur britannique aux Etats-Unis

L'ambassadeur du Royaume-Uni aux Etats-Unis, Kim Darroch, a démissionné, suite au scandale provoqué par la divulgation de mémos confidentiels. Darroch y qualifiait le gouvernement Trump d'"incompétent". Le président américain avait alors réagi avec colère sur Twitter. Quelle est l'ampleur des dégâts ?

Ouvrir/fermer tous les articles
The Daily Telegraph (GB) /

Son successeur devra pouvoir dialoguer avec Trump

Londres a besoin d'un ambassadeur qui soit accepté par la Maison-Blanche, estime The Daily Telegraph :

«Il est certes admirable qu'un prétendant au poste de Premier ministre britannique veuille défendre un ambassadeur gravement entaché et rendu incapable de remplir sa fonction, même si celui-ci n'était pas fautif. Mais Hunt doit aussi être conscient que tant que le président des Etats-Unis sera en poste, le Royaume-Uni aura besoin d'un ambassadeur qui pourra travailler avec lui. Kim Darroch ne remplit plus ce critère et il était évident, avant même le duel télévisé [entre Boris Johnson et Jeremy Hunt] qu'il devait être remplacé. Comment les intérêts du Royaume-Uni pourraient-ils être représentés par un ambassadeur dont l'administration américaine ne veut pas entendre parler ?»

Eesti Ekspress (EE) /

Une franchise rafraîchissante

Erik Moora, rédacteur en chef d'Eesti Ekspress, se réjouit de la franchise de Darroch :

«Les analyses de Kim Darroch n'ont rien de nouveau. Ce qui est nouveau, intéressant et rafraîchissant, c'est que l'on sait désormais ce que les diplomates de haut rang pensent réellement de la situation actuelle et ce qu'ils en disent. En public, leur langage est le complet opposé : approbateur, encourageant, passant les problèmes sous silence. … C'est bien sûr un problème de taille pour le Royaume-Uni, qui se trouve seul et vulnérable en raison du Brexit. Il a besoin aujourd'hui plus que jamais des bonnes faveurs de l'administration américaine. Mais les réactions mesquines et immatures de Trump à la moindre critique ne font qu'aggraver le problème.»

Ria Novosti (RU) /

Le sensationnalisme nuit à tout le pays

Les révélations ont causé trop de tort, pense en revanche Ria Novosti :

«The Daily Mail est un tabloïd pur et dur, mais il a l'habitude de faire preuve de patriotisme. La publication des mémos du diplomate a offert à son lectorat l'occasion de se moquer de ces tambouilles géopolitiques, mais elle a nui au diplomate de carrière Kim Darroch et a miné les relations du pays avec son allié le plus important, à une période délicate. Les versions ne manqueront pas concernant les personnes ayant instigué les fuites et l'article, et pourquoi elles l'ont fait, mais ce qui est certain, c'est que cette révélation ne sert en rien la société et a nui à l'Etat. Les intérêts nationaux du Royaume-Uni ont été sacrifiés au profit des intérêts égoïstes et court-termistes de certains cercles de l'establishment, de l'administration et des médias.»

De Volkskrant (NL) /

Typique de l'ère du Brexit

Pour De Volkskrant, cette affaire est une conséquence du chaos engendré par le Brexit :

«Ce qui est certain, c'est que les partisans du Brexit ont vu en Darroch un obstacle au traité de libre-échange entre les deux pays, tant convoité. … La question qui se pose maintenant est de savoir qui succèdera à Darroch. La Première ministre, Theresa May, étant encore en poste, elle peut nommer un remplaçant. Si elle laisse à Johnson le soin de le faire, il est fort probable que la nomination ait un caractère politique. Ce serait alors une rupture avec la tradition de neutralité des haut-diplomates, qui remonte au milieu du XIXe siècle. … Johnson a été fortement critiqué pour avoir laissé tomber Darroch. … Le cadre Tory Tim Tugendhat a déclaré que 'les vrais dirigeants défendent leurs collaborateurs'. Mais pour les partisans du Brexit, la fin justifie les moyens.»