Dieu a-t-il sa place dans la Constitution russe ?

En Russie, on discute actuellement de propositions relatives à la révision de la Constitution initiée par Poutine. Cyrille de Moscou, patriarche de l'Eglise orthodoxe russe, souhaite que le préambule de celle-ci mentionne Dieu et fait savoir qu'il priait pour que ce soit le cas. Le Kremlin a renvoyé la question au groupe de travail convoqué pour mettre en œuvre la réforme de la Constitution. Dans l'ensemble, les médias sont hostiles à l'idée.

Ouvrir/fermer tous les articles
Ekho Moskvy (RU) /

Pas de discorde inutile

Les professions de foi n'ont pas leur place dans la Constitution, explique Juri Kanner, président du Congrès juif de Russie, sur Ekho Moskvy :

«A mon sens, la notion de divin est trop abstraite pour être employée dans un document juridique, surtout dans un document à valeur aussi universelle qu'une Constitution. Ce texte devrait emprunter des notions que la majorité de la population comprend de la même manière. Dieu ne répond pas à cette définition. Par ce noble mot, le patriarche entend une chose, le mufti une autre, le rabbin encore autre chose et les bouddhistes, les athéistes et les agnostiques à leur tour autre chose. Mais ce sont tous des citoyens russes, et la Constitution est faite pour eux. ... Un document aussi important et profondément séculier devrait éviter de susciter des divergences d'opinion, surtout sur les questions de conception du monde, et s'attacher à ne pas rechercher les occasions de division.»

Radio Kommersant FM (RU) /

Quand Dieu fait diversion des desseins de Poutine

Radio Kommersant FM pense que ce débat tombe à point nommé pour le Kremlin :

«Cette procédure détourne l'attention de la question centrale : le pouvoir et l'avenir politique du président actuel. Les grands débats sur l'Eternel brouillent les pistes, si bien que les gens perdent de vue le véritable changement décisif, qui passe alors comme une lettre à la poste. ... Que Poutine préside le Conseil d'Etat ou le Conseil de sécurité, ce sont finalement des questions techniques pour l'intérêt général. On pourra discuter indéfiniment de la création et du divin - l'éternité a tout le temps du monde.»