Vaccinations anti-Covid : où en est l'Europe ?

Après une courte phase de soulagement liée à l'autorisation du vaccin anti-Covid, l'incertitude domine à nouveau quant à la durée de la pandémie. Les inquiétudes sont alimentées par le nombre de cas, qui reste élevé, mais aussi et surtout par les nouvelles mutations du virus, plus facilement transmissibles. Raison de plus, nous disent les éditorialistes, de bien gérer la campagne de vaccination et de gagner la confiance des citoyens.

Ouvrir/fermer tous les articles
VTimes (RU) /

Une innovation pas comme les autres

A en croire les sondages, moins de la moitié des Russes veulent se faire vacciner avec Spoutnik V. Ce qui n'aurait rien de préoccupant en temps normal l'est toutefois dans la situation actuelle, explique l'économiste Alexei Zakharov dans VTimes :

«Une hausse du nombre des personnes vaccinées confortera la confiance. Toutes les innovations connaissent la même évolution : les gens sont d'abord peu nombreux à tenter un nouveau produit, puis de plus en plus d'utilisateurs se lancent. Mais en l'occurrence, l'Etat doit soit procéder à des vaccinations obligatoires, soit trouver des moyens d'accélérer le processus. Car chaque mois perdu se mesure en milliers de morts. Il faut rétablir la confiance dans le vaccin - en tout premier lieu en rendant accessibles au grand public les résultats des tests cliniques. La franchise et l'honnêteté ne sont pas les forts de notre Etat, mais ce sont les qualités requises dans la situation actuelle.»

tagesschau.de (DE) /

Informer au lieu d'obliger

Une vaccination obligatoire pour les personnels de santé, comme l'a proposé le ministre-président de Bavière Markus Söder, serait une grave erreur, estime tagesschau.de :

«Fallait-il vraiment que Söder traite avec tant de condescendance le personnel soignant, qui porte pourtant sur ses épaules la plus lourde partie du fardeau de cette crise sanitaire ? ... Il donne raison à tous ceux qui, dans les forums sur Internet, dans les rues, dans les bulles des complotistes, ont toujours affirmé à qui voulait l'entendre que les vaccins seraient rendus obligatoires, directement ou indirectement. De telles sorties auront aussi un effet dissuasif sur ceux qui hésitent encore à se faire vacciner en raison de l'incertitude qui plane sur les effets indésirables à long terme. ... Il incombe à la science et à la politique de s'attacher à dissiper ces doutes dans les esprits. ... Qu'on éclaire notre lanterne sur ce point, au lieu de nous parler de coercition et d'obligation.»

RFI România (RO) /

Les pays extracommunautaires sont bien plus mal lotis

Débattre pour savoir si l'on veut se faire vacciner ou non est un luxe, estime le journaliste Ovidiu Nahoi dans sa chronique pour le service roumain de RFI :

«Albanie, Bosnie, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie - soit en tout environ 20 millions d'habitants - resteront fortement à la traîne des 27 Etats de l'UE et du Royaume-Uni par rapport à l'objectif de la vaccination collective. ... Les agences de presse relaient l'amer constat de l'épidémiologiste macédonien Dragan Danilovski, qui compare la situation actuelle à celle à bord du Titanic : 'Les riches accaparent tous les canots de sauvetage disponibles et laissent les moins fortunés à bord du bateau qui coule'. De nombreux pays des Balkans placent leurs espoirs dans le [programme de vaccination mondial de l'OMS] Covax et dans les organisations humanitaires.»

Kurier (AT) /

Une course contre les mutations

Les nouvelles mutations du virus, encore plus contagieuses, vont déclencher une course contre la montre, lit-on dans Kurier :

«Tout porte à croire que les pires semaines restent encore à venir. ... La vaccination va devenir une course contre la montre. ... Le rythme des contagions va s'accélérer et dépasser le rythme des vaccinations. ... La conséquence, ce sera probablement un confinement jusqu'à ce que suffisamment de personnes soient vaccinées, pour éviter l'engorgement des hôpitaux. ... Le fait que des vaccins aient déjà été mis au point est le seul espoir auquel l'on puisse s'agripper. Alors par ici les vaccins, et le plus tôt sera le mieux.»