Le Green Deal européen peut-il fonctionner ?

La Commission de l'UE a présenté une nouvelle initiative : le 'Nouveau Bauhaus européen'. Elle a vocation à combiner durabilité, accessibilité et investissements pour contribuer à la mise en œuvre du Green Deal. L'UE doit par ailleurs adopter au printemps une nouvelle loi sur le climat, mais encore beaucoup de points ne font pas encore consensus. Les commentateurs expliquent ce dont l'UE devrait tenir compte dans ses projets ambitieux.

Ouvrir/fermer tous les articles
Hürriyet Daily News (TR) /

Commencer par compenser les inégalités dans le monde

Hürriyet Daily News réclame un dédommagement financier pour les pays vulnérables :

«Dans des pays comme la Turquie, l'idée du Green Deal évoque l'image de quelqu'un qui va faire ses courses dans un magasin bio pendant que l'huissier est en train d'embarquer son frigo. Si l'Occident (notamment dans le cadre de la relance post-Covid) croit sincèrement à son idée de compenser les inégalités dans le monde, eh bien l'endettement et les primes de risque élevées du 'reste du monde' devraient être considérés comme un problème mondial. Pour enrayer le réchauffement climatique planétaire, il faut un plan financier de dimensions véritablement mondiales. Les protecteurs de l'environnement devraient moins réfléchir aux voitures électriques et davantage aux bilans des pays disposant de revenus moyens à faibles.»

Rzeczpospolita (PL) /

Ne pas faire d'exclus

Le Green Deal ne doit laisser personne sur la touche dans l'UE, fait valoir Rzeczpospolita :

«L'idée d'Ursula von der Leyen ne doit pas être l'apanage d'une poignée d'heureux élus ou des seules élites. Walter Gropius, le fondateur du mouvement architectural du Bauhaus, voulait placer son école au service de l'humanité, dans un esprit universel. C'est pourquoi le rêve du Green Deal ne doit pas se réaliser en excluant les autres. Le nouveau Bauhaus doit être façonné par tous les pays de l'UE. Y compris par la Pologne, qui peut se targuer d'une industrie et d'un artisanat d'une grande vitalité.»

The Spectator (GB) /

L'UE et l'administration Biden bientôt rivales

Le projet de l'UE portera ombrage aux relations avec les Etats-Unis, met en garde The Spectator :

«La grande idée du président Joe Biden porte sur les énergies vertes, et les énergies propres et renouvelables y occupent une place centrale. ... L'UE poursuit exactement la même feuille de route. La plus grande partie de son fonds de relance post-Covid, d'une enveloppe de 750 milliards d'euros, est destinée à ce même secteur. Mais deux puissances mondiales ne peuvent pas se partager le gâteau des énergies vertes. La joute pour dominer ce secteur finira par diviser encore plus les deux camps.»