Grèce : de nouveaux oligarques dans le business médiatique

En Grèce, les offres papier, TV et multimédia sont entre les mains de quelques entreprises. Le gouvernement Syriza du Premier ministre Alexis Tsipras s’était fixé pour but de mettre fin aux interdépendances entre médias et politique - sans succès pour l’instant.

Ivan Savvidis, oligarque gréco-russe et propriétaire du club de foot PAOK Salonique.
Ivan Savvidis, oligarque gréco-russe et propriétaire du club de foot PAOK Salonique.
Ces deux dernières années, de nouveaux oligarques, réputés proches du gouvernement, ont fait leur entrée dans l’arène médiatique : l’homme d’affaires gréco-russe Ivan Savvidis, propriétaire du club de foot PAOK Salonique, a acheté à l’été 2017 les journaux Ethnos et Imerisia, tandis qu’en mai 2017, le groupe médiatique fortement endetté Dimosiografikos Organismos Lampraki (DOL) a été racheté par l’entreprise Alter Ego, de l’armateur grec Evangelos Marinakis, également propriétaire des clubs Olympiacos et Nottingham Forest.

A l’automne 2015, le Parlement a adopté une loi de réforme de l’audiovisuel. Le gouvernement avait l’intention de mettre un terme au système de népotisme et de corruption. Car depuis les années 1980, moment de leur apparition, les prestataires audiovisuels privés pouvaient diffuser leurs programmes sans disposer de licence à proprement parler. Des licences "provisoires" leur avaient même été octroyées par la suite, sans aucun appel d’offres. Une situation dont ont profité les oligarques proches des gouvernements successifs, en faisant l’acquisition de chaînes. Le gouvernement Syriza voulait dès lors limiter le nombre de chaînes privées à quatre et lancer un appel d’offres.

En septembre 2016, celui-ci était remporté par quatre oligarques, déjà propriétaires de chaînes auparavant, pour un montant de 246 millions d’euros. En octobre 2016, le Conseil d’Etat jugeait toutefois la procédure anticonstitutionnelle, estimant que seul le Conseil national de l’audiovisuel (ESR) était compétent pour l’octroi de licences. La composition de l’ESR était renouvelée en novembre 2016, après un an de tractations infructueuses entre gouvernement et opposition quant à la nomination de nouveaux membres.

Le feu vert donné par le tribunal administratif en janvier 2018 permet à l’ESR de lancer un nouvel appel d’offre pour sept licences privées. Quatre chaînes privées avaient en effet déposé un recours, estimant que la procédure était contraire au droit grec et européen. La Cour de cassation devait prendre une décision définitive sur la question début mai 2018.

En mai 2018, dans une lettre ouverte, 15 reporters de Lesbos ont déploré la multiplication d’agressions physiques et verbales à leur encontre par des membres de la mouvance d’extrême droite, les accusant par ailleurs de tenter, via la diffusion de "fake news", d’attiser le conflit entre les milliers migrants bloqués sur les îles égéennes et la population locale.

Les médias papier grecs ont été fortement affectés par la crise. Les ventes globales ont fortement reculé et plusieurs titres ont dû mettre la clé sous la porte. Des centaines de journalistes ont été licenciés ; nombreux sont ceux à travailler sans être payés ou en étant très mal rémunérés. Plusieurs journaux et entreprises médiatiques sont très endettés ou bien existent encore simplement parce que leurs employés les financent eux-mêmes, en refusant pendant des mois de percevoir leurs salaires. Ainsi, l’importance des médias alternatifs critiques a considérablement augmenté et de nouveaux projets sont nés, comme le quotidien Efimerida ton Syntakton, fruit d’un fonctionnement coopératif.

Au cours de la crise de la dette, la Grèce a fortement chuté dans les classements internationaux de la liberté de la presse. Entre 2009 et 2014, le pays a perdu 56 places dans celui de Reporters sans frontières. En 2018, sa position s’est légèrement améliorée. Pour l’ONG américaine Freedom House, la presse grecque n’est que partiellement libre.

Classement pour la liberté de la presse (Reporters sans frontières) :
rang 88 (2018)

Mise à jour: Mai 2018
Rechercher un média

Médias de Grèce à euro|topics

Rechercher un média