Le règlement général sur la protection des données (RGPD) entrera en vigueur à partir de vendredi dans l'UE. Il a vocation à harmoniser la protection des données au sein de l'UE et à protéger les droits des consommateurs - tout particulièrement face aux géants du Net. La presse lui réserve toutefois un accueil mitigé. Si certains évoquent une UE pionnière de la protection des données, d'autres redoutent un effet boomerang.

Le président italien Sergio Mattarella a chargé le juriste Giuseppe Conte, novice en politique, de former un gouvernement. Celui-ci pourra donc sélectionner des membres du parti eurosceptique Mouvement 5 Etoiles (M5S) et de la Ligue (extrême droite). Les éditorialistes évoquent les répercussions de cette décision sur l'Europe.

Dans un appel publié par le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, 154 économistes allemands se déclarent défavorables au projet de réforme de la zone euro tel qu'il a été formulé par Macron, Juncker et le contrat de coalition gouvernementale allemande. Ils critiquent notamment la volonté de créer deux fonds, l'un pour les investissements et l'autre pour les réformes structurelles, et craignent 'des transferts financiers vers des pays qui ont été incapables de mettre en œuvre les réformes nécessaires'. Que penser de cette prise de position ?

La Banque centrale turque a réagi à la chute de la lire en relevant l'un de ses taux directeurs. La devise turque avait déjà perdu environ 25 pour cent de sa valeur depuis le début de l'année, et les ventes massives opérées par des investisseurs japonais mercredi matin ont aggravé la tendance. Comment expliquer ce décrochage ?

Pablo Iglesias, secrétaire général du parti de gauche radicale Podemos, est sous le feu des critiques en Espagne pour avoir fait l'acquisition d'une villa dont le prix excède les 600.000 euros. Il a décidé de laisser aux membres du parti voter si sa compagne et lui même sont dignes de rester à la tête du parti. Sied-il à Pablo Iglesias d'être le propriétaire d'une demeure de ce prix ?

Mardi, les eurodéputés ont questionné Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, sur le détournement de données des utilisateurs par Cambridge Analytica. En avril déjà, Zuckerberg avait été entendu par le Congrès américain. Les commentateurs soulignent l'importance de la protection des données à l'heure de la transition technologique et appellent Facebook et l'UE à s'attacher à protéger la vie privée des citoyens.

Les représentants de l'Allemagne, de la France, du Royaume-Uni, de la Chine et de la Russie sont réunis à Vienne cette semaine pour discuter des moyens de maintenir l'accord sur le nucléaire iranien, suite au retrait américain. Auparavant, l'UE avait réaffirmé sa volonté de préserver l'accord. Les journalistes ne sont toutefois pas certains de la réussite de cette tentative et redoutent déjà un scénario semblable à celui de la guerre en Irak en 2003.

Un mois avant les élections législatives et présidentielles en Turquie, le président Tayyip Erdoğan, en meeting à Sarajevo, a sollicité le soutien électoral des Turcs de la diaspora. Il a promis d'infliger une "gifle ottomane" aux organisations terroristes et à leurs suppôts étrangers. Près de 10 000 personnes seraient venues de toute l'Europe, selon les organisateurs. Qu'en pensent les éditorialistes des Balkans occidentaux ?

Le président bulgare Ramen Radev a rencontré mardi à Sotchi son homologue russe Vladimir Poutine afin de "reprendre le dialogue politique au plus haut niveau après des années d'interruption". De l'avis des commentateurs en Russie et en Bulgarie, cette visite est le signe que certains Etats de l'UE envisagent à nouveau la Russie comme un partenaire viable.

Les Irlandais se prononceront vendredi par référendum sur l'annulation d'une révision de la Constitution interdisant l'avortement dans la quasi-totalité des situations. Les sondages donnent les partisans d'une libéralisation - soutenue par le gouvernement - clairement en tête. Echange houleux d'arguments pour ou contre l'IVG dans les médias irlandais et étrangers.

Le mariage du prince Harry, héritier des Windsor, avec l'actrice américaine Meghan Markle a fasciné des millions de spectateurs de par le monde. Les commentateurs européens réagissent aussi à l'évènement. Si certains voient dans cette union une lueur d'espoir pour l'humanité, d'autres y voient un tapage médiatique démesuré et superflu.

Lors sa rencontre à Sotchi avec le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué les conflits en Syrie et en Ukraine orientale, ainsi que l'accord sur le nucléaire iranien. De l'avis des observateurs, elle a cherché à éviter de donner l'impression d'un partenariat étroit avec la Russie. Quelles relations faut-il entretenir avec Poutine ?

Autres débats