Après la Hongrie, la Slovaquie autorise à son tour le Spoutnik V, tandis que les gouvernements polonais et tchèques disent y réfléchir sérieusement. Quant à l'Autriche et au Danemark, ils ont tous les deux misé sur une alliance avec Israël. Le Chancelier Sebastian Kurz et la Premier ministre Mette Frederiksen vont d'ailleurs rencontrer ce jeudi Benjamin Netanyahou. Les avis sont partagés sur la question. Si certains condamnent l'égoïsme des pays qui font cavalier seul, d'autres en revanche rappellent que les Etats sont acculés à faire ces choix.

Deux mois après l'expiration du délai de transition, les effets du Brexit se font clairement ressentir sur la géographie financière européenne : le volume quotidien des transactions à la Bourse d'Amsterdam a bondi de 2,6 à 9,2 milliards d'euros, tandis que celui de la City a chuté à 8,6 milliards. Une évolution qui s'explique notamment par le fait que les actions en euros doivent être négociées dans l'UE. De part et d'autre de la Manche, les commentateurs voient cette tendance d'un œil critique.

Mikhaïl Gorbatchev, le dernier chef d'Etat d'URSS, n'est resté au pouvoir que six ans. Six années au cours desquelles il a impulsé d'importants changements. Sur le plan intérieur, ils se résument aux termes de Glasnost et de Perestroïka. Sur la scène internationale, il a amorcé une politique de détente et de rapprochement entre l'Est et l'Ouest. A l'occasion de son 90e anniversaire, les éditorialistes dressent le bilan de son action politique.

A l'automne, la coalition libérale-conservatrice avait placé à l'ordre du jour la Convention d'Istanbul ainsi qu'une loi sur la légalisation des unions civiles entre personnes LGBT. Le débat alors déclenché s'envenime. Des groupements anti-LGBT ont menacé le président du comité de défense des droits humains, qui revendique ouvertement son homosexualité, et ont recueilli 300 000 signatures réclamant sa démission. Des prêtres catholiques sont eux-aussi la cible d'hostilités.

La pandémie a été l'occasion pour les Finlandais de redécouvrir la maison d'été, un peu délaissée ces dernier temps. Des vacances à l'étranger semblaient en effet bien plus plus attirantes que l'entretien d'une résidence secondaire, synonyme de dépenses et de travaux. Leur cote de popularité est remontée en flèche, et même les maisons vides depuis longtemps partent comme des petits pains. La tendance sera-t-elle de longue durée ? Sur ce point, les avis divergent.

Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à trois ans de réclusion, dont un an ferme, pour corruption active et trafic d'influence. Les juges ont conclu qu'après son mandat de président, en 2014, il s'était frauduleusement procuré des informations sur des affaires judiciaires en cours pour pouvoir mieux évaluer des enquêtes menées contre sa personne. Quelle est la portée du jugement ?

Le Premier ministre hongrois a annoncé la défection des eurodéputés de son parti, le Fidesz, du groupe parlementaire conservateur européen, le Parti populaire européen (PPE), si celui-ci adoptait une réforme de ses statuts, telle que proposée vendredi par la direction du groupe. Cette réforme ouvrirait la voie à une expulsion des députés du Fidesz, jusqu'ici impossible. Qui met qui sous pression, et qui est dans son droit ?

L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International ne considère plus Alexandre Navalny, farouche opposant à Poutine, comme 'prisonnier politique non-violent'. Elle appuie sa révision sur des plaintes déposées contre des déclarations à caractère discriminatoire faites par Navalny il y a plus de dix ans envers les migrants et un certain nombre de régions et de pays, et dont il ne s'est jamais distancé depuis. A qui cette réévaluation d'Amnesty nuit-elle ?

Après la Hongrie, voici que la Slovaquie vient de s'approvisionner en vaccin Spoutnik V, dont elle a acheté deux millions de doses à la Russie. En Tchéquie, le président Miloš Zeman fait depuis longtemps la promotion du vaccin russe. Une politique que désapprouvent les commentateurs de ces deux pays.

Joe Biden a qualifié de représailles les attaques aériennes menées vendredi dernier sur des milices pro-iraniennes en Syrie. Elles font suite à une série de bombardements qui avaient visé des positions américaines et celles de leurs alliés en Irak. Pour les commentateurs, cette première frappe militaire de la nouvelle administration Biden est un signal fort.

Les vaccins contre le Covid-19 sont actuellement un des produits les plus demandés au monde. Pourtant, alors que les Etats occidentaux tâchent de vacciner en priorité et au plus vite leur propre population, des pays comme la Chine et la Russie, et plus récemment Israël, sautent à pied joints sur l'occasion pour utiliser les vaccins comme arme diplomatique. Les chroniqueurs mettent en garde contre de telles offensives mais aussi contre le nationalisme en matière de vaccins.

Suite à une virulente polémique, l'écrivaine néerlandaise Marieke Lucas Rijnevelda a renoncé à traduire le poème d'Amanda Gorman récité par la jeune auteure noire lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden. Ses détracteurs reprochent à Rijneveld de mal maîtriser l'anglais, de ne pas avoir d'expérience de la traduction et d'être blanche. C'est surtout sur ce dernier point que les avis divergent.

Autres débats