Les négociations sur le Brexit entre Londres et l'UE patinent. Au sommet de Salzbourg, les chefs d'Etat et de gouvernement ont rejeté la proposition de la Première ministre britannique Theresa May. Les éditorialistes relèvent l'intransigeance de l'UE, mais aussi que trouver un terrain d'entente n'est pas l’objectif de tout le monde.

La question migratoire a été après le Brexit le second grand dossier du sommet de Salzbourg. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a proposé la piste d'une coopération avec Le Caire sur le modèle de l'accord avec Ankara. Les participants ont été unanimes sur la nécessité d'augmenter les effectifs de Frontex. Si certains commentateurs estiment que l'UE est sur la bonne voie, d'autres croient savoir que les détails seront la source de nouveaux conflits.

Les organisations humanitaires font état d'une situation sanitaire désastreuse dans le camp de Moria, sur l'île de Lesbos dans la Mer Egée. Presque 9.000 personnes sont entassées dans ce camp de rétention prévu pour en accueillir 3.300. Un rapport de Médecins sans frontières fait état de tentatives de suicide de mineurs, tandis que les autorités grecques pointent des risques sanitaire et environnemental. Les commentateurs grecs ne sont pas tendres avec le gouvernement.

Suite au vote des députés européens en faveur d'une procédure qui pourrait conduire à des sanctions à l'encontre de la Hongrie, l'opposition hongroise a manifesté devant le Parlement à Budapest. L'ancien Premier ministre Ferenc Gyurcsány a appelé à poursuivre les manifestations jusqu'au renversement du gouvernement. Les journalistes s'interrogent sur le rôle de Gyurcsány et sur son incapacité à mobiliser davantage de partisans.

Dans le litige commercial avec la Chine, le président américain revient à la charge et impose sur les marchandises chinoises importées aux Etats-Unis de nouveaux droits de douane à hauteur de 200 milliards de dollars américains. La moitié des importations chinoises sont ainsi frappées de taxes. Les éditorialistes pensent que la tactique Trump a des chances d'aboutir.

Le pape François se rendra en Lituanie, en Lettonie et en Estonie entre le 22 et le 25 septembre. Ce sera la première visite du pape dans les pays baltes depuis 25 ans. En Lituanie, pays à majorité catholique, la presse attend cette visite avec impatience, alors qu'en Lettonie, elle porte un regard plus critique sur la venue du pape.

Le président polonais Andrzej Duda a proposé au président américain Donald Trump la création d'une base militaire permanente en Pologne. Lors de sa visite à Washington, Duda a affirmé que cette initiative avait pour but de contenir "le bellicisme russe". Il a par ailleurs proposé de nommer cette base "Fort Trump". Les chroniqueurs s'interrogent sur le réalisme de cette proposition et sur ses répercussions potentielles.

Thomas Borgen, patron de Danske Bank, a annoncé sa démission en raison du scandale de blanchiment d'argent dans lequel est impliqué l'établissement financier danois. D'après le rapport d'un lanceur d'alerte, la branche estonienne de la banque aurait blanchi plusieurs milliards d'euros, des sommes qui proviendraient essentiellement de Russie. Les éditorialistes appellent à tirer des conséquences de ce scandale afin de restaurer la confiance dans le secteur bancaire.

Le ministre français de l'Education, Jean-Michel Blanquer, entend élargir l'enseignement de la langue arabe comme option facultative dans les écoles publiques, notamment pour redonner du 'prestige' à une grande 'langue de civilisation'. Une proposition qui lui a valu les critiques acerbes des conservateurs et de l'extrême droite. Dans la presse française, des commentateurs expliquent pourquoi il est important de promouvoir cet apprentissage.

Les citoyens roumains doivent se prononcer les 6 et 7 octobre prochains sur la possibilité d'inscrire dans la constitution du pays la définition du mariage comme l'union d'un homme et d'une femme - un procédé qui exclurait de facto l'éventualité légale du mariage homosexuel. Partisans et adversaires du référendum s'efforcent de convaincre les lecteurs roumains de rejoindre leur camp respectif.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Enzo Moavero Milanesi, a décliné une rencontre bilatérale avec son homologue autrichien. A l'origine du froid diplomatique, l'intention de Vienne de proposer des passeports autrichiens aux habitants germanophones du Haut-Adige. Depuis la prise de fonction du gouvernement fin 2017, Vienne ne cesse de remettre la question sur la table. Critiques virulentes dans la presse italienne et autrichienne.

Hans-Georg Maaßen, chef du renseignement intérieur allemand, a été poussé vers la porte de sortie. Il avait été vivement critiqué suite à ses déclarations sur les évènements de Chemnitz. Maaßen doit être nommé sous-secrétaire au ministère de l'Intérieur. Les commentateurs y voient une solution de compromis, tout en se demandant si elle pourra mettre fin aux désaccords qui minent la coalition et calmer le mécontentement de l'opposition.

Autres débats