Le gouvernement italien doit présenter ce mardi sa proposition de budget révisée à la Commission européenne. Il y a trois semaines, celle-ci avait en effet retoqué pour la première fois le budget d'un Etat membre. L'Italie s'expose à une procédure pour infraction, en raison notamment d'une prévision de déficit de 2,4 pour cent du PIB. Pourquoi les fronts sont-ils aussi figés ?

En 1918, plusieurs pays européens - Grande-Bretagne, Pologne, Allemagne et Autriche - adoptaient le droit de vote des femmes. Lundi à Berlin, lors d'une cérémonie commémorant ce tournant historique, Angela Merkel a revendiqué une plus grande participation des femmes dans les assemblées allemandes - nationale et régionales. Etat des lieux de l'égalité des chances dans la réalité de la politique.

Dans les 'républiques populaires' autoproclamées de Donetsk et Lougansk, contrôlées par les séparatistes prorusses, les dirigeants et les parlements ont été élus dimanche - pour la deuxième fois depuis 2014, et ce bien que l'accord de paix de Minsk n'y prévoit que des élections locales conformément aux lois ukrainiennes. Ce scrutin, non reconnu par Kiev et par l'Occident, risque-t-il d'entraîner un regain de violence dans le Donbass ?

De plus en plus de pays s'opposent au pacte de l'ONU sur les migrations : au sein de l'UE, Autriche, Tchéquie, Pologne, Croatie, Slovénie, Hongrie et maintenant Bulgarie ont décidé de le rejeter. L'actuel débat en Estonie pourrait aussi mener à la non-signature de l'accord par le pays balte. Pourquoi ce pacte est-il si controversé ?

Pour la neuvième fois de l'histoire, les citoyens européens éliront en mai 2019 leur nouveau Parlement, soit environ deux mois après la date prévue pour le Brexit. Les observateurs s'attendent à un essor du populisme de droite et de l'europhobie et sondent les possibilités d'inverser cette tendance.

Plus de 60 chefs d'Etat et de gouvernement ont commémoré à Paris la fin de la Première Guerre mondiale, notamment Donald Trump, Vladimir Poutine, Angela Merkel et Emmanuel Macron. Le président français a mis en garde contre la montée des nationalismes que l'on observe aujourd'hui. Cent ans après la signature de l'armistice en forêt de Compiègne, les commentateurs européens se demandent si ce jour est réellement une occasion à célébrer.

Plus de 250 000 personnes ont participé dimanche à un défilé célébrant le centième anniversaire de l'indépendance de la Pologne. Des groupes d'extrême droite venus de toute l'Europe ont défilé avec des représentants du PiS, le parti au pouvoir. La maire de Varsovie avait au préalable tenté, en vain, d'interdire le défilé. De quelle nature est la connivence qui lie le PiS aux nationalistes d'extrême droite ?

Début 2018, le Royaume-Uni s'est doté d'un ministère de la solitude. Ce dernier vient de présenter ses premières mesures : les médecins sont dorénavant appelés à prescrire des activités sociales et les facteurs, à identifier et signaler aux services sociaux les personnes concernées. Quelles sont les causes du phénomène de la solitude et quelle en est la gravité ?

Le Parti populaire européen, formation conservatrice au Parlement européen, a adopté ce week-end une résolution réaffirmant sa volonté de préserver les valeurs de l'UE et de défendre la démocratie. Cédant à la pression du Fidesz hongrois, le PPE a toutefois modifié son texte, dont il a rayé la notion de démocratie libérale. Impressions de la presse hongroise.

Le pacte de l'ONU sur les migrations a déclenché un débat houleux en Estonie. Le Parlement prétend ne pas avoir été impliqué dans sa préparation. L'accord doit être signé le mois prochain, mais la présidente Kersti Kaljulaid remet désormais en question sa ratification par l'Estonie. Echos du débat, représentatifs de la polémique qui a cours dans d'autres pays.

Le PPE a désigné Manfred Weber, affilié à la CSU allemande, tête de liste pour les élections européennes. Il s'est imposé face au Finlandais Alexander Stubb, et a donc de grande chances de devenir le prochain président de la Commission européenne. Si certains éditorialistes voient en Weber le fer-de-lance du combat contre les populistes, d'autres craignent qu'il ne porte le coup de grâce à l'Europe.

Johannes Hahn, commissaire européen chargé de l'élargissement, a indiqué vouloir mettre définitivement fin aux négociations avec la Turquie, au point mort depuis des mois. Il fait valoir qu'une adhésion à moyen terme de la Turquie à l'UE n'était pas réaliste. Il propose plutôt de s'attacher à mettre en place un partenariat stratégique entre l'UE et Ankara dont les contours restent à définir. Que vaut une telle initiative ?

Autres débats