Mobilisation contre la construction d'une église à Iekaterinbourg

Les habitants de Iekaterinbourg protestent depuis le début de la semaine contre la construction d'une cathédrale à l'emplacement d'un espace vert dans le centre-ville. Les autorités refusent jusqu'à maintenant de renoncer à ce projet, financé par des sponsors influents. Les chroniqueurs font état d'un conflit entre l'Eglise, l'Etat et le mécénat d'un côté, et une société civile se mobilisant spontanément de l'autre.

Ouvrir/fermer tous les articles
gazeta.ru (RU) /

Les citoyens contraints de réagir

Gazeta.ru voit dans ce conflit (et d'autres encore) un retour du politique dans le quotidien des Russes :

«Le politique peut avoir bien des visages. La construction d'une usine qui apparaît suspecte aux citoyens sur le plan environnemental (comme à Voronech) est politique. De même que l'aménagement d'une décharge nommée 'écotechnoparc' (comme à Arkhangelsk). La construction d'une église, d'une mosquée ou d'une laverie pour sans-abris peut être à l'origine de manifestations. Et cela est à chaque fois politique, même lorsque la plupart des participants à ces actions affirment qu'ils ne veulent pas de 'politisation' et que seule la cause en question leur importe. Mais cela se produit en général par manque de confiance dans la classe politique, que celle-ci fasse partie de l'establishment ou de l'opposition.»

Ekho Moskvy (RU) /

Une Eglise cupide qui récolte la haine du peuple

L'Eglise orthodoxe veut construire car elle affirme avoir besoin d'églises pour remplacer celles détruites par les Bolchéviques. Mais les citoyens ne se laissent pas berner, se réjouit le politique d'opposition Boris Wichnievski dans Ekho Moskvy :

«Les citoyens combattent la rapacité d'hommes d'Eglise qui veulent s'arroger la restitution de choses qui ne leur ont jamais appartenu, imposer la délocalisation de musées publics et mettre le grappin sur les meilleurs terrains pour construire des églises, contre la volonté de la société et armés de la conviction inébranlable que la terre entière a une dette envers eux. Ce combat n'a rien d'un combat contre l'Orthodoxie et il ne s'en prend pas à la foi et à la religion. Il s'agit seulement d'une lutte contre la cupidité de certains ecclésiastiques.»