Lituanie : un scandale de pollution de la Baltique

La police lituanienne a révélé la semaine dernière un scandale environnemental : pendant des années, l'entreprise de cartonnage Grigeo Klaipėdaa aurait déversé ses eaux usées directement dans la lagune de Courlande. De l'avis des médias du pays, la réaction des citoyens et des entreprises contraste fortement avec celle des autorités.

Ouvrir/fermer tous les articles
Delfi (LT) /

Des rétractations qui font vraiment mal

Delfi se réjouit du mouvement de boycott depuis la révélation du scandale :

«La communauté économique a montré le carton rouge aux pollueurs de la lagune, sans y être obligé par qui que ce fût. Les [chaînes de supermarchés] Iki, Norfa et Senukai ont vraiment innové en décidant de ne plus rien acheter de Grigeo. Mais une autre annonce a fait plus mal encore : cinq entreprises de meubles, dont SBA baldų kompanija et Vilniaus baldai, sous-traitants d'Ikea, ont cessé de s'approvisionner auprès de Grigeo Klaipėda, jusqu'à nouvel ordre. ... La fabrique risque de ne pas pouvoir écouler sa production, un véritable scénario de crise. Et quelle sera la réaction des clients dans le reste de l'UE ?»

Lietuvos rytas (LT) /

Les fonctionnaires n'ont rien voulu voir

Lietuvos rytas explique comment, pendant des années, le scandale environnemental a été négligé :

«D'après les enquêtes portant sur les conduites masquées et illégales via lesquelles étaient déversées les déchets de production dans la lagune et dans la Baltique, ce ne sont pas les fonctionnaires chargés de la protection de l'environnement basés à Klaipėda qui avaient été sollicités, mais ceux de Šiauliai [à 170 km de là]. Par ailleurs, les enquêtes n'ont commencé que lorsque la communauté locale, après des années de plaintes relatives à la puanteur de ces rejets, s'est tournée vers les instances suprêmes de Vilnius. ... Les fonctionnaires, pour leur part, affirment non seulement qu'ils ignoraient tout de la catastrophe écologique provoquée pendant presque une décennie, mais qu'en plus, ils n'avaient pas la possibilité d'en avoir vent.»