Le Parlement européen reporte le débat sur le TTIP

Le Parlement européen a finalement renoncé mercredi au débat prévu sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP). On savait déjà qu'il n'y aurait pas d'accord en raison d'un trop grand nombre d'amendements déposés. Suite à des discussions houleuses, le président du Parlement Martin Schulz a finalement décidé de reporter le débat. C'est une atteinte à la démocratie, critiquent les commentateurs, qui voient le débat sur le TTIP sacrifié sur l'autel du populisme.

Ouvrir/fermer tous les articles
Die Tageszeitung taz (DE) /

Martin Schulz abuse de son pouvoir

Si en apparence, la discorde au sein du Parlement européen porte sur le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et Etats (ISDS), en réalité toutefois, le président du parlement Martin Schulz a voulu imposer la position de la Commission et du gouvernement allemand. Telle est la thèse avancée par le quotidien de gauche taz : "Schulz a usé d'une ruse de procédure (trop d'amendements) pour suspendre le cours de la démocratie parlementaire. Une fois de plus, Schulz a abusé de son pouvoir. … Ce vote du Parlement aurait pu circonscrire dans un périmètre bien défini les négociations avec les Etats-Unis. Or tout porte à croire que cela ne convenait pas à l'agenda d'un politique qui n'a de cesse de défendre les intérêts de Sigmar Gabriel, chef de file de son parti [et vice-chancelier], et de la chancelière Angela Merkel. … Espérons que les sociaux-démocrates ne se laissent pas bâillonner et ne se lassent pas de remettre le TTIP et l'ISDS à l'ordre du jour. Et que le thème phare de ce mandat ne soit pas renvoyé aux calendes grecques."

Der Standard (AT) /

Une récupération populiste du TTIP

Le débat pourtant essentiel sur le TTIP est sacrifié sur l'autel du populisme, déplore le quotidien de centre-gauche Der Standard : "Le principal responsable du report du vote est le groupe divisé des sociaux-démocrates ; bien qu'ils soient favorables au TTIP, ses membres ont mené un double-jeu sur le point controversé des tribunaux d'arbitrage. Si les socialistes sont nombreux - surtout en Autriche - à vitupérer publiquement contre l'accord transatlantique, au sein du comité des échanges en revanche, ils avaient voté pour un tribunal d'arbitrage sous une forme réformée. Avant le vote [prévu pour mercredi] toutefois, 68 eurodéputés PSE ont changé d'avis et soutenu une demande d'amendement, soumise par les verts et la gauche, exigeant le contraire. Détail croustillant, les verts et le groupe de gauche ne font pas de mystère de leur volonté de renverser l'accord transatlantique dans son ensemble, pas seulement les tribunaux d'arbitrage - pour la plus grande joie des eurosceptiques de droite. Le thème complexe du TTIP menace ainsi d'être broyé par un populisme dans son expression la plus pure."

Duma (BG) /

Comment comprendre le report du débat au Parlement ?

Le quotidien de gauche Douma déplore le report temporaire du débat sur le TTIP : "L'unique institution européenne directement élue par le peuple redoute-t-elle de prendre au sérieux les craintes des citoyens européens ? Ou ce report signifie-t-il que le Parlement européen entend réagir à la pression de la société civile européenne, et qu'il a décidé de mettre symboliquement le holà au TTIP, afin d'élaborer des propositions de révision ? Peut-être le Parlement redoute-t-il que le vote sur le TTIP ne révèle les véritables positions des eurodéputés. Ou même que le TTIP soit rejeté. A moins que ce report ne dissimule les petits jeux tactiques habituels et des accords secrets entre les partis. Comment interpréter la décision des eurodéputés ? Pourquoi ont-ils peur de mener le débat sur le traité de libre-échange ?"