Les Irlandais célèbrent les 100 ans de l'Insurrection de Pâques

Le lundi de Pâques 1916 avait marqué le début du soulèvement des séparatistes irlandais à l’encontre du Royaume-Uni. Une révolte réprimée dans le sang, même si l’indépendance de l’île était alors devenue un processus irréversible. Des centaines de milliers de personnes ont célébré l’évènement dimanche à Dublin. Où en sont les relations irlando-britanniques aujourd’hui ?

Ouvrir/fermer tous les articles
The Irish Independent (IE) /

La nation irlandaise a mûri

Les commémorations organisées à l’occasion du centenaire de l’Insurrection de Pâques 1916 montrent que les Irlandais ont développé un rapport sain et nuancé à leur propre histoire, se réjouit le quotidien conservateur The Irish Independent :

«Les centaines de milliers de personnes qui ont participé aux commémorations ne se sont certainement pas perdues en considérations sur la moralité des évènements survenus il y a 100 ans. On n’a pas toléré la glorification de sacrifices sanglants - loin s’en faut - mais on a également rejeté la généralisation faite par certains, qui avaient qualifié les combattants de simples 'terroristes'. Non, les personnes réunies ont commémoré la réalité de l’insurrection, un évènement qui a préfiguré l’indépendance de notre Etat. … Pour une nation et un Etat qui a eu pendant des décennies de gros problèmes avec son image de soi et son identité, le caractère de cette commémoration a été particulièrement salutaire.»

The Daily Telegraph (GB) /

Les Britanniques doivent des excuses aux Irlandais

La répression brutale de l’insurrection de Pâques 1916 par les occupants britanniques a constitué une faute grave ayant durablement nui aux relations entre les deux peuples, déplore le quotidien conservateur The Daily Telegraph :

«Le drame dans tout cela, c’est que nos deux pays sont unis par des liens culturels, linguistiques, historiques et surtout familiaux ; et le fait d’avoir été brouillés la quasi totalité du XXe siècle, en dépit de tout ce que partagent Britanniques et Irlandais, nous a causés un tort considérable. Il n’y a rien de plus méprisable que des politiques cherchant l’approbation en s’excusant pour des fautes commises par les générations précédentes. Mais le tort que les Britanniques ont causé à l’Irlande impose de formuler des excuses, et le centenaire de l’insurrection est le moment opportun pour le faire.»

The Irish Independent (IE) /

Les ennemis d’hier sont aujourd’hui des alliés

Irlandais et Britanniques ayant depuis longtemps renoncé à l’hostilité qui les opposait, des excuses britanniques ne sont plus nécessaires, assure le quotidien conservateur The Irish Independent :

«On n’a pas eu l’impression que le peuple irlandais voulait des excuses forcées pour l’exécution des hommes qui sont ensuite devenus des martyrs. … Nous sommes fiers aujourd'hui de vivre séparément de la Grande-Bretagne, tout en étant son premier allié sur un nombre important de questions européennes et internationales. Peut-être que dans les années à venir, les écoles britanniques enseigneront également aux enfants l’histoire de l’insurrection de Pâques, et cette acceptation de notre histoire partagée serait sûrement préférable à toute forme d’excuses. Nous avons notre indépendance. La paix prédomine en Irlande du Nord et il existe une feuille de route menant à un avenir meilleur. Nous avons parcouru un long chemin.»