Le dispositif antiterroriste allemand sera-t-il efficace ?

Augmentation des effectifs policiers et accélération des expulsions d'étrangers s'étant rendus coupables de délits et de ceux représentant un danger pour la sécurité publique : telles sont les deux grandes mesures proposées par le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, pour améliorer la sécurité intérieure du pays. Il s'est cependant opposé à l'interdiction de la burka. Elle n'aurait aucun effet, confirment les commentateurs, qui appellent par ailleurs à ne pas sacrifier la liberté au nom de la sécurité.

Ouvrir/fermer tous les articles
Dennik N (SK) /

Interdire la burqa n'aurait pas de sens

Le ministre de l’intérieur de Maizière a eu raison de dire non à une interdiction de la burqa, estime Dennik N :

«De telles revendications laissent espérer des résultats rapides, c’est pourquoi elles sont si appréciées de la classe politique. En réalité, elles ne sont que de la poudre aux yeux. … En France, son interdiction est en vigueur depuis plusieurs années, ce qui n’a eu aucun effet. Les attentats, dans le pays ou ailleurs en Europe, n’ont jamais été commis par une femme en voile intégral. Au contraire : si les auteurs d’attentats ressemblent aux autres citoyens, ils auront plus de chances de réussir. … On peut interdire la burqa aux femmes qui souhaitent travailler dans les établissements publics. Une interdiction généralisée serait cependant contreproductive, que le voile intégral nous plaise ou non.»

El País (ES) /

La démocratie ne doit pas être entravée

Le train de mesures prises par l’Allemagne pour lutter contre le terrorisme sont justifiées, selon El País, à condition qu’elles ne rognent pas sur les libertés démocratiques :

«On compte parmi les mesures principales, le retrait du passeport de citoyens d’origine étrangère ayant combattu pour Daech, ainsi que l’expulsion de réfugiés considérés 'à risque'. La nouvelle nature du terrorisme, qui repose sur la participation à la fois de réseaux organisés et de combattants isolés, justifie ce durcissement et cette meilleure coordination. Car c’est le seul moyen de lutter contre la peur et le populisme, cette gangrène du projet européen. Mais si ces mesures entrent en vigueur, il est nécessaire qu’elles soient largement approuvées par les partis, et qu'elles ne limitent pas l’Allemagne dans ses libertés démocratiques lors de leur mise en œuvre.»

Die Tageszeitung taz (DE) /

Des mesures censées créer un semblant de sécurité

Pour le quotidien taz, les mesures annoncées par de Maizière ne sont que de vaines gesticulations :

«Après les attentats de Paris, le gouvernement allemand avait réagi par l’envoi d’avions de reconnaissance - une mesure plutôt absurde sur le plan militaire si l'on veut combattre Daech. Aujourd’hui comme à l’époque, il suit le même schéma : répondre aux attentats par le déploiement d’activités de façade – au lieu de laisser tout simplement la police et la justice faire leur travail. … La meilleure police du monde ne saurait déjouer à temps tous les aspirants terroristes. Thomas de Maizière le sait pertinemment, lui qui, lors de la présentation de son train de mesures, a prononcé des phrases tout à fait justes, notamment que personne ne saurait garantir une sécurité absolue. Mais ses propositions suggèrent le contraire. C’est inquiétant. Qu’est-ce que la CDU aurait à proposer si l’Allemagne devait être frappée par un attentat de l’envergure de celui de Nice ?»

La Vanguardia (ES) /

L'Europe doit serrer les rangs

Les mesures antiterroristes prises par l’Allemagne pourraient servir de modèle au reste de l’Europe, écrit La Vanguardia :

«Merkel se devait d’agir, premièrement parce que c'est elle qui assume la plus grande responsabilité en Europe, deuxièmement parce que depuis la vague d’attentats, sa cote de popularité a chuté de douze points en un mois. … Les mesures de sécurité politique sont importantes, pour la stabilité intérieure de l’Allemagne mais aussi parce qu’elles peuvent montrer à l’Europe la voie à suivre : avec davantage de ressources et une meilleure coordination, l’Allemagne comme l’Europe peuvent gagner le combat contre le terrorisme. Nous avons un bon bout de chemin à parcourir. L’Europe traverse actuellement plusieurs crises graves : Brexit, populisme, crise économique. … Sur tous ces dossiers, nous ne sommes bien évidemment pas toujours du même avis. En termes de sécurité, en revanche, nous ferions bien de nous serrer les coudes. Car il en va de notre vie.»

De Volkskrant (NL) /

Plus qu'un geste symbolique

Qu'il soit efficace ou non, le train de mesures présenté par le gouvernement allemand pour lutter contre le terrorisme est une nécessité incontournable, estime De Volkskrant :

«Augmenter les effectifs de policiers dans les rues ou améliorer leur équipement sont des mesures qui recueillent un large consensus. Avec la déchéance de nationalité allemande ou l’expulsion de réfugiés criminels, les choses se corsent. On peut bien sûr annoncer ces mesures, mais leur efficacité reste à prouver. … Leurs détracteurs les dénigrent, y voyant un simple geste symbolique, une tentative de couper l’herbe sous le pied à la formation populiste AfD. Or une telle lecture ne prend pas la mesure de la gravité de la situation. Le gouvernement allemand a raison de tout mettre en œuvre pour rassurer les citoyens. Il est certain que les mesures présentées ne sont pas originales et que l'on est en droit de les critiquer partiellement. Mais malheureusement, elles sont absolument indispensables.»