Vers un dégel entre Moscou et Washington ?

Les médias russes se réjouissent des récents échanges amicaux entre Vladimir Poutine et Donald Trump. Le premier a remercié dimanche son homologue américain pour l'aide de la CIA qui aurait permis de déjouer un attentat à Saint-Pétersbourg. Un groupe d'individus en lien avec l'organisation terroriste Daech serait à l'origine de ce projet d'attaque. L'affaire peut-elle favoriser un dégel entre les deux pays ?

Ouvrir/fermer tous les articles
Radio Kommersant FM (RU) /

Un ennemi commun qui rapproche

La gravité de la période que nous traversons pourrait contribuer à rapprocher Moscou et Washington, juge le portail de la station de radio Kommersant FM :

«Peut-on espérer désormais une amélioration des relations bilatérales ou les choses en resteront-elles là ? ... Les deux camps comprennent que les rapports peuvent difficilement être plus mauvais et qu'il convient de désamorcer la situation d'une manière ou d'une autre. Qui sait ce que nous réserve l'avenir ? ... La spirale ne peut être qu'ascendante désormais, et les deux parties s'attachent à le démontrer. Mais cela est encore loin de signifier la fin des tensions. Ce sont de bonnes résolutions, rien de plus.»

Ekho Moskvy (RU) /

Toute amorce de réconciliation est positive

Le journaliste Anton Orech, d'Ekho Moskvy, s'étonne de ce que la CIA ait contribué à déjouer un attentat à Saint-Pétersbourg :

«Il est étrange que la CIA sache mieux que nous ce qui se trame dans les foyers de conspiration de Saint-Pétersbourg. Il y a de quoi être parano : s'ils sont au courant de cela, alors ils savent tout sur nous ! S'ils nous aident aujourd'hui, ils nous floueront demain ! ... Mais si cette histoire est obscure, elle n'en est pas moins positive. ... Je me réjouis de tout propos positif que la Russie tient à propos de l'Amérique, et l'Amérique à propos de la Russie. Même si le motif de cette gratitude et de cette amitié est surfait. Car nous avons déjà suffisamment de raisons de nous haïr mutuellement. ... Ce qui est important, c'est que les terroristes soient réels et qu'on ne jette pas des innocents en prison simplement pour améliorer les relations russo-américaines.»