L'Ukraine, un pays indépendant ?

Le 24 août 1991, le Parlement de la République soviétique ukrainienne proclamait l'indépendance de l'Ukraine et sa sortie de l'URSS. Un événement que Kiev commémore par une grande parade militaire, en présence de représentants internationaux, dont le conseiller du président américain John Bolton. Cinq ans après le début de la guerre en Ukraine, les commentateurs brossent un tableau peu reluisant du pays.

Ouvrir/fermer tous les articles
Ekho Moskvy (RU) /

La peur de Poutine assure la cohésion du pays

Cinq ans après l'Euromaïdan et après avoir essuyé l'annexion de la Crimée et la perte de contrôle dans le Donbass, l'Ukraine est devenue le pays d'amères déceptions, écrit sur Ekho Moskvy le blogueur russe basé en Crimée Alexander Gorny :

«Parade militaire à Kiev, slogans patriotiques, cris de guerre 'Gloire à l'Ukraine'. On boit de la horilka [vodka ukrainienne] et on déclame des discours enflammés sur l'Ukraine qui ne vacillera pas - même si en réalité, elle a du plomb dans l'aile. Mais tout cela est important pour l'Ukraine, de même que la diabolisation de Poutine. Pour la cinquième fois d'affilée, l'Ukraine fête le jour de son indépendance sans la Crimée et sans le Donbass, qu'elle a probablement perdus pour toujours. Elle le doit à l'Euromaïdan, que tant de citoyens du pays ont soutenu dans l'espoir qu'il serait porteur de changement. Mais le changement a cédé la place au délitement - y compris dans les esprits.»

Korrespondent (UA) /

Tout le travail de décolonisation reste à faire

L'indépendance reste à faire, écrit le politologue Kostantyn Bondarenko dans le quotidien Korrespondent :

«Ce bas monde est régi par la sélection naturelle et le droit du plus fort. Nous avons deux options : croire en nos propres forces et commencer une nouvelle vie dans l'autonomie, ou rester des figurants dans les annales de l'histoire. ... Je crois sincèrement que l'Ukraine peut obtenir son indépendance. Nous avons devant nous la tâche de notre véritable décolonisation. Il n'en reste pas moins douloureux de constater que mon pays est dirigé par des beaux-parleurs et que [des gens comme le conseiller du président américain John] Bolton assistent à cette parade à une place d'honneur.»