Vaccins : comment rétablir la confiance ?

Le nombre de cas de rougeole a presque quintuplé en 2017. Un chiffre qui a alerté l'Organisation mondiale de la santé OMS, qui impute ce recul à une détérioration de la couverture vaccinale. Selon l'organisation, la réticence à se faire vacciner figure parmi les plus grands risques sanitaires dans le monde. En effet, on assiste à la résurgence de certaines maladies presque éradiquées. Les journalistes se font les porte-paroles de cette cause.

Ouvrir/fermer tous les articles
Kurier (AT) /

Durcir la réglementation dans les hôpitaux

Les chiffres parlent d'eux-mêmes, constate Kurier :

«Ceux qui minimisent la gravité de la rougeole selon la logique 'Ce qui ne te tue pas te rend plus fort' ignorent les faits ou y ferment les yeux : rien qu'au cours de l'année 2017, 37 personnes sont décédées en Europe des suites d'une rougeole (et jusqu'à 160.000 dans le monde). Un malade sur cinq doit être hospitalisé, sans parler des séquelles (avérées) d'une affection de rougeole. C'est absurde quand on pense que cette maladie pourrait être éradiquée depuis longtemps. Il est grand temps de rendre la vaccination obligatoire, au moins pour le personnel hospitalier.»

Lidové noviny (CZ) /

Les médecins doivent redevenir des autorités

Une suspicion de rougeole ayant conduit pour la première fois à la fermeture d'une cantine du Parlement tchèque, Lidové noviny espère que les responsables politiques vont enfin réagir :

«Pour l'instant, les députés se portent bien. Mais ils vont devoir à terme s'atteler au problème. ... La vaccination est devenue une pomme de discorde politique. La majorité de la population la considère comme un moyen raisonnable d'empêcher la propagation de maladies. Une minorité considère que les vaccinations sont dangereuses et inefficaces. Des arguments rationnels ne semblent pas être pris en compte dans ce débat. Or du fait de la multiplication des voyages, la rougeole ne cessera d'être ré-importée dans notre pays. Il est évident que les vaccinations sont indispensables. Nous devons nous demander pourquoi l'autorité de nos médecins est en crise et par quels moyens elle peut être rétablie.»