Un manuel scolaire jugé 'antipatriotique'

Un manuel scolaire d'économie utilisé depuis plus de 20 ans dans les lycées russes vient d'être mis à l'index par le ministère de l'Education. Son auteur a été prié d'appliquer à son ouvrage un vernis plus patriotique. Le ministère a indiqué que les critiques de décisions du gouvernement étaient déplacées et qu'il fallait approuver la politique économique actuelle. Les chroniqueurs condamnent une incursion de l'Etat dans des domaines qui ne sont pas de son ressort.

Ouvrir/fermer tous les articles
Vedomosti (RU) /

Dans la plus pure des traditions soviétiques

L'idéologie n'a pas sa place dans les sciences, y compris dans les sciences économiques, estime Vedomosti :

«Reprocher à un manuel d'économie un manque de patriotisme relève d'une nouvelle catégorie : jusqu'à présent, c'est tout au plus les auteurs de manuels d'histoire qui se voyaient confrontés à de tels problèmes. Dans ces cas, dans la plus pure tradition soviétique, se montrer patriotique doit être pris au sens de brosser la politique des dirigeants actuels dans le sens du poil. Des traditions qu'une école russe moderne ne devrait cependant pas s'attacher à perpétuer. Faut-il rappeler que l'économie est une discipline scientifique et que l'idéologiser est pour elle un poison ? ... Le rôle de l'école est de poser les bases d'une pensée et d'une analyse économiques, sans influence idéologique.»

Ekho Moskvy (RU) /

Quand les petits fonctionnaires font tomber les sommités

Dans Ekho Moskvy, l'historien Leonid Mlekhine évoque la petitesse d'esprit des autorités :

«Ce manuel ne manque pas de patriotisme, mais d'amour pour l'autorité. ... Derrière toute campagne idéologique, il y a toujours des intérêts personnels et structurels. Les fonctionnaires déploient une énergie infatigable quand il s'agit de débusquer ceux qui s'écartent du droit chemin. Car c'est leur gagne-pain ! Et ils gagnent mieux leur vie qu'ils ne le feraient dans une mine de charbon. Des perspectives incroyables pour les esprits médiocres. Il suffit d'accuser un professeur ou un scientifique de renommée internationale de manquer de patriotisme pour lui chiper son poste. Ou de juger un manuel peu patriotique pour imposer le sien à la place.»