Primaires américaines : un rival sérieux pour Sanders

Joe Biden était jusque-là distancé par Bernie Sanders dans la course à l'investiture démocrate. Mais à la surprise générale, Biden s'est imposé dans 10 Etats sur 14 lors du vote du "Super Tuesday". D'autres candidats, comme Pete Buttigieg et Michael Bloomberg, ont jeté l'éponge et apporté leur soutien à l'ex-vice président américain. Ce 'come back' est-il une bonne nouvelle pour les démocrates ?

Ouvrir/fermer tous les articles
Corriere del Ticino (CH) /

Enfin un centriste

Les démocrates ont enfin su retrouver leur centre, se réjouit le chroniqueur Gerardo Morina dans Corriere del Ticino :

«Le véritable vainqueur de ces primaires est indéniablement le Parti démocrate lui-même, qui a réussi son coup de pied de dégagement. Il s'est totalement débarrassé de son image de parti divisé et désuni, et a retrouvé sa cohésion. Car les démocrates ont pris une décision claire, celle de tourner en partie le dos à Sanders, le candidat qui, par ses positions radicales, a le moins de chances de l'emporter face au républicain Donald Trump. Ceci va de pair avec une réorientation : avec Biden, le parti entend davantage se positionner au centre.»

Frankfurter Allgemeine Zeitung (DE) /

Le cauchemar de Donald Trump

Avoir Biden comme adversaire est le pire des scénarios envisageables pour Trump :

«Le président est convaincu depuis cinq ans déjà que la candidature de Joe Biden serait pour lui un cauchemar. C'est pourquoi il était même allé jusqu'à risquer sa destitution, pour entacher le concurrent démocrate d'une affaire de corruption en Ukraine. C'est pourquoi il redoublera d'efforts pour diviser les démocrates en alimentant la fable selon laquelle Bernie Sanders serait victime d'une conspiration. ... Si Sanders est sincère quand il dit que Trump est 'le président le plus dangereux de l'histoire des Etats-Unis', il doit cesser de traîner dans la boue les primaires démocrates. Le retour en force de Joe Biden ne marque pas une réussite pour 'l'establishment', mais pour les millions d'Américains qui attendent fébrilement la fin de l'ère Trump.»

The Daily Telegraph (GB) /

Biden serait le meilleur perdant

Même s'il ne pourra pas battre Donald Trump, Joe Biden est le bon candidat démocrate, croit savoir The Daily Telegraph :

«Il serait terrible pour le parti de perdre les présidentielles, et probablement une partie des sièges démocrates, après avoir adhéré au programme socialiste de Sanders. Le parti se trouverait piégé dans une trappe idéologique dont elle aurait du mal à ressortir - comme le Labour [au Royaume-Uni] après Corbyn. De plus, sa crédibilité en pâtirait pendant toute une génération. Joe Biden serait le candidat démocrate le plus susceptible de gagner les présidentielles, et le perdant qui porterait le moins préjudice au parti.»

Ekho Moskvy (RU) /

Sanders n'a pas la confiance de la base

Sur son blog hébergé par Ekho Moskvy, le professeur d'économie Konstantin Sonine estime que Sanders a perdu son avance bêtement :

«Si Biden - ce vieux briscard qui connaît les couloirs de Washington comme sa poche, qui confond les noms, les dates et même les mots - a pu renaître de ses cendres, c'est parce que la plupart des électeurs démocrates se fichent pas mal de l'identité du candidat. Tout ce qui les intéresse, c'est qu'il l'emporte à l'automne prochain. ... Ils ne croient pas que Sanders puisse battre Trump. Pendant tout le mois où il a dominé la course, Sanders n'a jamais expliqué comment il comptait fédérer le parti autour de sa personne après sa victoire. C'est pourquoi ceux qui soutenaient Buttigieg et Klobuchar ont voté Biden. Cela me surprend un peu, car Biden me semble être l'adversaire le plus facile pour Trump. La course n'est pas encore finie, mais force est de constater que Sanders a perdu sa solide avance.»