Confinement partiel en Irlande

Mercredi soir, l'Irlande a durci à nouveau ses mesures de lutte contre le coronavirus. Les commerces doivent fermer et les rencontres en intérieur avec des membres d'autres ménages sont interdites. Ecoles et crèches restent toutefois ouvertes. Dans une allocution télévisée, le Premier ministre, Micheál Martin, a annoncé que ces restrictions seraient en vigueur pour une période d'au moins six semaines. Dans la presse, les échos sont divisés.

Ouvrir/fermer tous les articles
The Irish Independent (IE) /

Il faut être encore plus rigoureux

Les nouvelles restrictions adoptées par le gouvernement irlandais ne vont pas assez loin, critique The Irish Independent :

«Il y a bien sûr une intention louable à vouloir maintenir ouvertes crèches et écoles, mais cela n'aidera guère à juguler la hausse du nombre de personnes testées positives. Pareillement, on comprend la volonté de ne pas étouffer le sport de haut niveau, mais en dépit des autres réglementations draconiennes, la dérogation dénote un manque de conviction. Soit on prend des mesures drastiques, soit on n'en prend pas du tout. Beaucoup de professionnels de la restauration et de l'hôtellerie ont indiqué que les restrictions les empêchaient d'exercer leur activité. Et pourtant, nos aéroports et nos gares maritimes sont encore en pleine activité.»

The Irish Times (IE) /

Un coup dur pour l'économie

L'économie ne tiendra pas longtemps face à de pareilles mesures, objecte de son côté The Irish Times :

«La partie qui est peut-être la plus alarmante du communiqué du gouvernement est l'annonce des ouvertures et des fermetures successives de l'économie d'ici qu'un vaccin soit disponible en 2021. Cohabiter avec le virus va inévitablement nous donner du fil à retordre, mais l'Irlande doit faire tout son possible, par le biais du dépistage et du traçage des cas contacts, pour tâcher de mettre au point des restrictions plus ciblées et plus efficaces. Les fermetures successives, de l'ordre de grandeur que l'on nous annonce, entraîneront des pertes colossales. L'activité économique ne se met pas sur marche et sur arrêt aussi simplement, en appuyant sur un interrupteur.»