Russie : le coup d'éclat de Navalny aura-t-il un impact ?

Le politique d'opposition russe Alexeï Navalny a réussi à piéger un agent soupçonné d'avoir participé à la tentative d'empoisonnement à son encontre. Les médias avaient fait état la semaine dernière d'un complot ourdi par des agents du FSB, les services secrets russes. Navalny s'est alors fait passer au téléphone pour un conseiller du secrétaire du Conseil de sécurité de Russie et a appris de la part de l'agent piégé des détails de l'opération. Une conversation qu'il a ensuite postée sur Youtube.

Ouvrir/fermer tous les articles
Polityka (PL) /

Un révélateur de l'hypocrisie

Polityka voit dans cette affaire un test pour les gouvernements occidentaux :

«Pour l'heure, ils gardent le silence. La charge des preuves est toutefois si accablante pour le Kremlin que l'Occident se doit de réagir. Ne pas réagir, ce serait un signe d'hypocrisie, un assentiment donné au terrorisme de la Russie, mais aussi à celui d'autres pays qui liquident leur opposition. ... En somme, la réaction du monde dépendra des calculs politiques très spécifiques des différents pays, et peut-être aussi de chacune de leurs institutions. L'affaire est sérieuse. On verra qui réussira le test et qui échouera.»

Radio Kommersant FM (RU) /

Le vent pourrait bientôt tourner

Radio Kommersant FM se penche sur les conséquences à long-terme de cette affaire :

«La réaction des partenaires occidentaux est intéressante : il n'y en a pas. Cette réaction leur est peut-être plus utile, d'autant plus qu'ils ont déjà pris des sanctions. ... Mais tout pourrait changer dès que Biden s'installera à la Maison-Blanche et que son administration sera opérationnelle. De nouvelles tensions ne sont pas exclues. L'opposition russe a été évincée du pays et ceux qui sont restés sont opprimés. Mais à l'époque d'Internet et de la mondialisation, il n'y a pas de limites et il existe suffisamment de moyens d'atteindre et d'influencer les gens. »

Strana (UA) /

Les deux versions ont leurs partisans

L'empoisonnement de Navalny se transforme de plus en plus en une question de croyance, estime Ekaterina Terekhova sur le portail prorusse strana.ua :

«Les gens veulent-ils croire ce que raconte l'opposant - bien qu'il n'existe pas (pour le moment du moins) de preuves directes étayant sa version ? Ceux qui sont contre Poutine y adhéreront, bien entendu. Parallèlement, les médias d'Etat et les institutions se serviront de ces enquêtes comme d'un argument supplémentaire pour présenter Navalny comme un traître à sa patrie, de mèche avec des services de renseignement étrangers. Et nombreux sont ceux à croire à cette version également.»

Echo Moskwy (RU) /

Un navire en train de couler

Dans Ekho Moskvy, le politique et essayiste libéral Leonid Gosman s'interroge sur les répercussions potentielles de cette révélation :

«Poutine ne démissionnera pas, pas plus que [le directeur du FSB] Alexandre Bortnikov ou [le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie] Nikolaï Patrouchev. ... Une autre conséquence, dangereuse pour le système, est en revanche possible : les premiers agents pourraient être tentés de quitter le navire en train de couler. Ceux qui sont plus jeunes ou plus rusés pourraient se dire que c'est une chose de faire partie d'une telle coterie, mais que c'en est une autre de rester quand le patron et ses acolytes sont déjà atteints de démence, foirent tous leurs coups et multiplient les gaffes. Pourquoi rester du côté des perdants ? Car les membres de la garde prétorienne de Poutine n'ont pas d'autre ambition que de s'attirer le plus grand nombre de faveurs possible ou de s'assurer au moins une belle retraite.»

Corriere della Sera (IT) /

Une tragédie grotesque

L'action de Navalny aura des répercussions, commente Fabrizio Dragosei, correspondant de Corriere della Sera en Russie :

«Au téléphone, il s'est fait passer pour un haut fonctionnaire et il a obtenu l'aveu d'un agent qui avait participé à la tentative visant à l'assassiner, le 20 août, lors d'un voyage en avion. S'il ne s'agissait pas de la tentative d'assassinat d'une figure majeure de l'opposition russe, cette histoire aurait pu être simplement grotesque. ... Outre l'effet considérable qu'elle aura dans les médias, cette affaire aura certainement des conséquences politiques - d'autant que la position de la prochaine administration américaine vis-à-vis de Poutine sera bien différente de celle de Trump. Il est possible que cette affaire finisse par entraîner l'adoption de nouvelles sanctions.»