(© picture-alliance/dpa)

  L'Allemagne après les législatives

  5 Débats

En Allemagne, les conservateurs et le SPD se sondent mutuellement depuis dimanche pour décider s'ils veulent entamer des négociations de formation d'un gouvernement à proprement parler. Selon de récents sondages, seuls 45 pour cent des citoyens restent favorables à une grande coalition (GroKo). Que signifierait une reconduction de la grande coalition, et quelles seraient les conséquences d'un échec des pourparlers exploratoires ?

Au lendemain des législatives allemandes, plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement européens ont félicité la chancelière Angela Merkel pour la victoire des conservateurs et souligné leur volonté de collaboration. Les éditorialistes pour leur part sont alarmés par la nouvelle donne en Allemagne, susceptible de compromettre la stabilité en Europe.

En Allemagne, conservateurs, libéraux et verts mènent depuis des semaines des négociations exploratoires en vue d'une coalition gouvernementale. Les politiques climatique et migratoire sont les principales pommes de discorde. Certains journalistes évaluent les pourparlers à l'aune de la politique européenne.

Un parti populiste de droite sera représenté pour la première fois au Bundestag. L'Alternative für Deutschland (AfD) a obtenu un score de 12,6 pour cent aux législatives du 24 septembre, devenant ainsi la troisième force politique du pays. Les journalistes tentent de sonder les effets sur la politique allemande de cet essor de l'extrême droite et d'en nommer les responsables.

Les présidents de la CDU-CSU et du SPD ont discuté jeudi soir avec le président allemand Frank-Walter Steinmeier des options pour former un gouvernement. Difficile de dire comment se poursuivra cette quête d’un nouveau gouvernement. Pour certains commentateurs, l’impasse actuelle à Berlin témoigne de la grande fidélité des partis allemands à leurs principes. Ils espèrent que le nouveau gouvernement coopéra davantage avec ses partenaires européens.