Lors de sa conférence de presse annuelle, Vladimir Poutine a répondu pendant des heures aux questions des journalistes. Plus de 1600 représentants des médias s'y sont disputé la parole. Ce temps fort médiatique en Russie a également été suivi avec attention dans le reste du monde. Les journalistes européens tentent de décrypter les réponses du président pour conjecturer sur l'avenir politique de la Russie.

Lors du sommet européen à Bruxelles, le conflit latent qui enfle depuis deux ans sur la répartition équitable des réfugiés au sein de l'Europe a éclaté au grand jour. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s'est dit favorable à une suppression des quotas de réfugiés, qu’il a dernièrement qualifiés de "clivants" et "d’inefficaces". L’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas ont souligné l'impérieux besoin de solidarité européenne. Les commentateurs européens reflètent un durcissement des positions en Europe.

Importante défaite aux Etats-Unis jeudi pour les défenseurs de la liberté sur Internet : l'agence compétente, la FCC, a assoupli les lois strictes en vigueur jusqu'à présent qui garantissaient l'égalité de traitement des données diffusées sur la Toile. Les commentateurs évoquent les conséquences de l'abolition de la neutralité du Net.

Grâce aux voix des partis social-démocrate et libéral au pouvoir, le Parlement roumain a adopté une réforme judiciaire controversée. L'UE condamne des amendements propres à porter atteinte à l'indépendance des juges et à permettre l'impunité de députés corrompus. La réforme sera soumise au vote du Sénat la semaine prochaine. Levée de boucliers dans la presse roumaine.

A Westminster, les députés de la Chambre basse ont voté le droit de ratifier tout accord final résultant des négociations sur le Brexit. Mercredi, une majorité des députés s'est prononcée en faveur d'une modification en ce sens de la loi sur la sortie de l'UE, contre la volonté du gouvernement. S'agit-il pour la Première ministre Theresa May d'une défaite ou d'un soulagement ?

Dans le bastion conservateur de l'Alabama, un démocrate a remporté les élections sénatoriales : Doug Jones l'a emporté de justesse sur le républicain Roy Moore. Ce dernier, notamment opposé à accorder davantage de droits aux couples homosexuels, bénéficiait du soutien de l'ancien conseiller présidentiel Stephen Bannon. Les médias européens analysent la défaite de Moore.

En réaction à la décision de Trump sur le statut de Jérusalem, l'Organisation de Coopération Islamique (OCI) a reconnu Jérusalem-Est comme capitale palestinienne. Dans la déclaration finale de ce sommet exceptionnel convoqué par le président turc Erdoğan, l'OCI appelle les autres Etats du monde à en faire de même. Les commentateurs débattent l'initiative et la capacité de celle-ci à trouver de nouvelles issues au conflit israélo-palestinien.

Un peu moins de deux mois après les élections législatives en Tchéquie, le Premier ministre Andrej Babiš a été investi à la tête de son gouvernement. Le parti contestataire Ano qu'il dirige ne détient toutefois que 78 des 200 sièges au Parlement, si bien que le gouvernement minoritaire doit solliciter le soutien des autres partis. Les éditorialistes commentent cette nouvelle distribution du pouvoir et l'influence qu'elle est susceptible d'avoir sur la politique tchèque.

Avant les élections régionales anticipées prévues en Catalogne le 21 décembre prochain, les autorités espagnoles continuent à sévir contre les séparatistes. Mardi, la Cour des comptes a saisi la maison de l'ex-président de région Artur Mas. La justice espagnole a retiré le mandat d'arrêt européen émis à l'encontre du président de région Carles Puigdemont, en fuite en Belgique, tout en maintenant le mandat d'arrêt espagnol. Les médias espagnols mettent en relief une campagne électorale hors du commun.

Avec le One Planet Summit, le président français cherche à mobiliser pour le climat. Si l'on veut atteindre les objectifs climatiques décidés il y a deux ans à Paris lors de la COP21, il faut redoubler d'efforts, a déclaré Macron en présence de chefs d'Etats et d'investisseurs privés et institutionnels. La presse européenne est partagée entre scepticisme et enthousiasme.

La décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël continue d'ébranler la communauté internationale. Des mouvements de protestation ont eu lieu dans de nombreux pays majoritairement musulmans, mais aussi en Europe. La Ligue arabe a vivement critiqué l'initiative et demandé la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. La presse européenne poursuit également le débat.

La Commission de Venise du Conseil de l'Europe a publié lundi son évaluation de la loi ukrainienne controversée sur l'éducation - évaluation qui avait été commanditée par Kiev. La loi supprime quasi-entièrement l'enseignement scolaire dispensé en langues minoritaires. La Commission a épinglé cette évolution - notamment en ce qui concerne l'enseignement du russe - et appelle Kiev à remédier aux carences. Les journaux du pays commentent un thème qui est loin de laisser insensibles les Ukrainiens.

Autres débats