Le président américain Donald Trump a donné son feu vert à un renforcement des troupes en Afghanistan. Ses conseillers militaires l'ont convaincu qu'un retrait serait susceptible de créer un 'vide' dangereux. Il a cependant fait entendre que la priorité serait donnée à l'élimination des terroristes plutôt qu'au 'nation building'. S'agit-il d'une stratégie judicieuse ?

Le tremblement de terre survenu sur l'île italienne d'Ischia, en pleine saison touristique, a fait deux morts, tandis que trois enfants ont pu être sauvés des décombres. D'une magnitude de 4 seulement sur l'échelle de Richter, le séisme a pourtant détruit de nombreuses maisons. Un an exactement après le tremblement de terre dévastateur d'Amatrice, la presse italienne réagit avec amertume.

En tournée en Roumanie et en Bulgarie, le président français Emmanuel Macron plaide pour un durcissement de la directive européenne sur les travailleurs détachés. Celle-ci autorise les entreprises à dépêcher des salariés dans un autre pays membre de l’UE dans la mesure où ceux-ci y perçoivent le salaire minimum. Macron entend réduire la concurrence générée par ces travailleurs sur le marché du travail français. Une initiative critiquée par certains éditorialistes.

Le 24 août 1939, l'Allemagne nazie et l'Union soviétique signaient le pacte Molotov-Ribbentrop, un traité de non-agression censé durer dix ans. Un protocole secret y précisait le sort des Etats baltes : Estonie et Lettonie s'inscrivaient dans la sphère d'influence soviétique, la Lituanie dans celle de l'Allemagne. Un chapitre historique sur lequel reviennent les commentateurs, 78 ans après la signature du pacte.

Meral Akşener, ancienne ministre de l'Intérieur turque et députée du parti nationaliste d'extrême-droite MHP, vient de fonder un nouveau parti. Après s'être brouillée l'année dernière avec le chef de file du MHP, Devlet Bahçeli, lui reprochant son soutien à Erdoğan et à son régime, la championne de la droite turque souhaite désormais créer un parti d'opposition laïc et de centre-droit. Quelles sont ses chances de réussite ?

Les forces de sécurité ont abattu le suspect principal des attentats de Catalogne, dont le bilan s'élève désormais à 15 morts. L'Espagne et la Finlande - où deux personnes ont également été tuées par un terroriste - sont sous le choc. Comment réagir face aux actes terroristes et peut-on les prévenir ? Les médias européens se penchent sur la question.

Deux femmes ont perdu la vie et six autres personnes ont été blessées lors d’une attaque au couteau perpétrée dans la ville finlandaise de Turku. Les enquêteurs évoquent un mobile terroriste. La plupart des partis appellent désormais à renforcer les prérogatives des services de renseignement. Cette proposition est-elle judicieuse ?

Suite aux déclarations de Trump en réaction aux violences d'extrême droite à Charlottesville, les personnalités publiques sont de plus en plus nombreuses à lui tourner le dos. D'éminents républicains le fustigent, de grands patrons quittent son comité de conseil et des représentants de l'armée, prenant le contre-pied de leur président, condamnent explicitement les actions des néonazis. Les médias s'interrogent sur les soutiens qui lui restent.

La Bulgarie entend recourir davantage à l’armée pour surveiller sa frontière avec la Turquie. Jusqu’à 600 soldats au total seront déployés pour empêcher le passage des migrants. Mais peut-on "sécuriser" militairement les frontières ?

Le bilan de l'attentat de Barcelone s'élève à 13 morts et près de 120 blessés. La police a abattu ou interpellé plusieurs suspects, tandis que d'autres sont en fuite. Les commentateurs analysent les raisons de cet acte et proposent des mesures concrètes de prévention et d'action.

Le président turc Tayyip Erdoğan a qualifié la CDU, le SPD et les Verts d'"ennemis de la démocratie" et appelé les Allemands d'origine turque à ne pas voter pour ces partis aux législatives du 24 septembre. Les politiques doivent-ils voir dans cette immixtion une atteinte à la souveraineté allemande ?

Autres débats