Danemark : quand les partis politique donnent le ton

Les partis danois ont entamé l’année 2018 sur un litige sur l’avenir de l’audiovisuel public, Danmarks Radio (DR), dans le cadre de ce qu’on appelle la conciliation en matière de médias. Au Danemark, dans de nombreux domaines de la politique, les partis s’entendent sur des accords à l’amiable ("forlig") dans le cadre desquels ils définissent une feuille de route, dans une approche transpartisane. Ils s’y tiennent jusqu’à ce que le compromis soit reconduit ou annulé – mais ce indépendamment des coalitions au pouvoir, susceptibles de changer.

Régie mobile de la radio publique danoise Danmarks Radio (DR).
Régie mobile de la radio publique danoise Danmarks Radio (DR).
Le gouvernement minoritaire conservateur et son allié populiste de droite Dansk Folkeparti s’étaient entendus sur une réduction de 20 pour cent du budget de DR et sur une amélioration de sa qualité. Ils prévoient de prélever dorénavant les redevances par le biais de l’impôt. Ils envisagent également la privatisation de la seconde chaîne de télévision TV2 – projet dont il est question depuis des années, mais qui ne s’est encore jamais concrétisé.

De plus, avec le nouvel accord sur les médias, l’exonération de la TVA déjà appliquée aux médias papier pourrait s’étendre aux médias sur Internet. En compétition pour les lecteurs et les clics, ces derniers sont désavantagés par la disparité des fiscalités appliquées. Les sociaux-démocrates vont jusqu’à exiger des géants du Net, comme Google ou Netflix, qu’ils participent aux coûts de production des médias danois.

En réaction à ce débat, le premier groupe médiatique du pays Berlingske a annoncé en février sa volonté de devenir la première entreprise médiatique du Danemark, pour reprendre la formulation de son chef de groupe Anders Krab-Johansen. Il veut que tous les journaux de son entreprise soient le numéro un numérique dans son domaine respectif. Au bout de 269 années avec les médias papier pour cœur de métier, le groupe se tourne aujourd’hui vers un avenir numérique. L’ensemble de la mise en page des éditions sur papier sera externalisé. 93 des 900 emplois seront supprimés, dont 23 dans le domaine journalistique. Pour l’heure, les autres entreprises médiatiques n’ont encore pas annoncé de projets et d’investissements similaires.

Si, dans presque tous les domaines, le nombre d’exemplaires vendus est en recul, un certain nombre de médias papier ont enregistré une hausse de leur lectorat l’an dernier. Beaucoup de grands médias danois ne communiquent plus les données les concernant à l’autorité de contrôle des tirages, préférant s’en remettre aux chiffres évalués par l’institut de sondage des médias et de l’opinion Gallup.

De nouveaux médias de qualité voient actuellement le jour sur Internet. C’est notamment le cas de zetland.dk, où les lecteurs paient individuellement les articles qu’ils souhaitent lire. Le média se finance en exclusivité à partir des fonds ainsi levés. Le client a la possibilité de partager, par exemple sur Facebook, l’article qu’il a payé, en rendant ainsi la lecture accessible à d’autres.

En terme de consommation de médias, il semblerait que les jeunes regardent de moins en moins la télévision - plus que 49 minutes par jour par exemple pour la tranche d'âge 12-18 ans - contre 262 minutes par jour pour les plus de 55 ans. En revanche, ils lisent moins les journaux. De plus en plus de Danois suivent l’actualité sur leur smartphone.

Si journalistes et politiques recourent à Twitter, ce réseau n’est pas une source abondamment citée. Outre les messages postés par les politiques et les autres protagonistes des débats publics sur les blogs hébergés par les grands journaux, il n‘existe pas au Danemark de blogosphère politique digne de ce nom. Les blogs les plus lus portent surtout sur la mode et la cuisine.

En radiodiffusion, outre les fréquences du service public, on trouve 15 stations de radio privées. La Radio24syv, exploitée par le groupe médiatique Berlingske Media, est très appréciée dans tout le pays. En février 2008, le groupe a annoncé vouloir définir un nouveau concept visant à générer des recettes par le biais de podcasts.

Classement pour la liberté de la presse (Reporters sans frontières) :
rang 9 (2018)

Mise à jour : mai 2018


Rechercher un média

Médias de Danemark à euro|topics

Rechercher un média