Mondial de foot 2018 en Russie

  8 Débats

De nombreux joueurs de l'équipe de France championne du monde et d'autres sélections présentes au Mondial en Russie sont issus de l'immigration. Les chroniqueurs se demandent si le football à un effet positif et durable sur l'intégration.

La sélection nationale croate s'est inclinée 4:2 face à la France dimanche, au stade Loujniki de Moscou, en finale de la Coupe du monde de football. Mais passée la première déception, les joueurs au damier ont célébré leur performance : jamais auparavant le onze de Croatie n'avait atteint ce niveau de la compétition. L'esprit d'équipe et le niveau technique des Croates font l'unanimité, comme en témoignent les articles élogieux de la presse.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a estimé que la Coupe du monde de football 2018 en Russie a été la meilleure de l'histoire de la compétition. Vladimir Poutine a déclaré pour sa part que le Mondial a permis de faire mentir enfin les clichés sur la Russie. Les chroniqueurs ne sont pourtant pas certains que le président russe ait réussi son "opération de séduction".

France, Belgique, Angleterre, Croatie : les quatre équipes dans le dernier carré du Mondial sont européennes, ce qui ne surprend pas les chroniqueurs. Ils s'étonnent en revanche de la performance de la Croatie, qui, après sa victoire contre le pays organisateur, réalise le même parcours que l'équipe de 1998, qui s'était classée troisième du tournoi.

Suite aux succès inattendus de la sélection nationale, l'euphorie de la Coupe du monde gagne les Russes. Les membres de l'opposition sont toutefois confrontés à un dilemme : en participant à la fête du football, cautionnent-ils le régime de Poutine ?

Jusqu'ici, la Russie a effectué un parcours sans faute dans la Coupe du Monde dont elle est l'hôte. Après la deuxième victoire de la Russie, contre l'Egypte, beaucoup de villes du pays ont été le théâtre d'effusions de joie et de concerts de klaxons. Les commentateurs gagent toutefois que l'euphorie cèdera bien vite la place à la frustration politique.

L'Egypte place tous ses espoirs dans son attaquant vedette Mohamed Salah pour cette Coupe du monde. Récemment blessé à l'épaule, le joueur pourra finalement participer au Mondial en Russie. Certains commentateurs attendent du buteur du FC Liverpool davantage que des prouesses footballistiques. Des attentes que d'autres jugent démesurées.

Pour la première fois depuis 1958, l'Italie, quadruple championne du monde de football, n'est pas parvenue à se qualifier pour le Mondial qui aura lieu l'été prochain en Russie. La performance désastreuse des azzurri reflète l'état actuel du pays, assurent certains éditorialistes, qui appellent de leur voeux un nouveau départ, dans les stades et au-delà.