De l'importance de la chasse d'eau en Russie

D'après des informations publiées par l'office statistique russe, 22,6 pour cent des foyers russes ne sont pas raccordés au tout-à-l'égout, notamment dans les zones rurales. Dans quelle mesure les toilettes modernes constituent-elles un acquis civilisationnel ? Les chroniqueurs russes en débattent.

Ouvrir/fermer tous les articles
Radio Kommersant FM (RU) /

Pas d'Etat sans toilettes convenables

Radio Kommersant FM juge que la construction d'égouts est indispensable pour enrayer l'exode rural, voire même pour stabiliser le système politique :

«L'absence de toilettes reliées au tout-à-l'égout est la raison première de l'exode rural en Russie. Surtout celui des jeunes, qui, au XXIe siècle, souhaitent bénéficier au moins du confort le plus élémentaire. La situation s'améliore, certes, mais à un rythme de tortue. ... Dans les districts fédéraux de Sibérie et d'Extrême-Orient [moitié Est de la Russie], c'est l'urgence absolue. Cela signifie, concrètement, que jusqu'à un million de personnes quittent ces territoires chaque année. D'où la sempiternelle question : où donc va le pays ? Continuera-t-on de vivre sans toilettes standard mais en produisant des missiles ? Difficile d'instaurer un système politique stable sans tout-à-l'égout, et avec des logements dépourvus de toilettes chauffées.»

Vedomosti (RU) /

Des toilettes de jardin, un sentiment de liberté

Vedomosti y voit pour sa part un symbole d'autonomie :

«Il est possible partout d'installer des toilettes standards dans une maison particulière, sauf dans les régions du grand Nord. Mais l'absence de tout-à-l'égout, notamment dans les villages et dans les petites villes, est souvent une décision délibérée des habitants - car se raccorder aux égouts implique de verser des paiements mensuels à ce service. L'existence de toilettes conventionnelles n'est pas primordiale pour tout le monde : certains préfèrent aller déféquer dehors. On éprouve alors une sorte d'autonomie vis-à-vis de l'Etat - le tout gratuitement.»