Référendum en Lituanie : les passeports de la discorde ?

Les Lituaniens se prononceront le 12 mai par référendum sur la question de savoir s'il faut supprimer la règle qui impose aux citoyens de renoncer à la nationalité lituanienne lorsqu'ils demandent à obtenir celle d'un autre pays. Les éditorialistes y voient une formulation pernicieuse.

Ouvrir/fermer tous les articles
Lrt (LT) /

Une discrimination née de la méfiance

Seuls les Lituaniens qui ont émigré dans un pays qui correspond aux "critères de l'intégration européenne et transatlantique" pourront solliciter la double-nationalité. Problématique, juge le philosophe Viktoras Bachmetjevas dans LRT :

«En clair, cela veut dire que ceux qui ont émigré aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne pourront garder la citoyenneté lituanienne, tandis que ceux qui n'ont pas fait un choix aussi heureux resteront superflus pour la Lituanie. ... On craint dans le fond que les habitants russophones de Lituanie se munissent de passeports russes et s'en servent comme d'un instrument dans les relations entre les deux pays. Cette façon de pensée résulte des doutes que l'on nourrit à l'encontre des russophones de notre Etat - des doutes qui ne sont pourtant pas étayés par les faits, et qui sont moralement indéfendables.»

Delfi (LT) /

Sans empathie, la Lituanie n'a pas d'avenir

Marius Ivaškevičius, un des plus célèbres dramaturges de Lituanie, se dit lui aussi inquiet. Il explique pourquoi sur le portail Delfi :

«Par ces lignes, je ne recherche pas à semer la sédition, mais à comprendre ce qui est en train de nous arriver et quelles sont les racines de cette force délétère pour la Lituanie. Jalousie, avidité, manque d'empathie ? La valeur de chaque citoyen n'augmente pas du fait que notre nombre diminue. Au contraire, elle continuera de chuter. Je me trompe peut-être, ou je dramatise trop (c'est mon métier), mais je ne vois pas d'avenir à une Lituanie qui se délite et qui ferme la porte. Aujourd'hui, seuls les peuples capables d'attirer, d'accueillir et d'intégrer les personnes d'autres peuples peuvent se développer et prendre de la hauteur.»