Pourquoi Trump militarise le 4-Juillet

Exposition de tanks, vols d'hélicoptères et d'avions de chasse - le président américain Trump a profité des festivités du 4-Juillet, commémorant l'indépendance du pays, pour faire une démonstration de la puissance américaine. Les commentateurs lui reprochent de polariser la société, de détourner l'attention de problèmes urgents et de politiser l'évènement.

Ouvrir/fermer tous les articles
taz, die tageszeitung (DE) /

Trump dévoie la fête nationale

La cérémonie de Trump accentue la division de la société, critique taz :

«Une fois de plus, Trump mobilise le devant de la scène. Il s'accapare un lieu symbolique pour créer l'impression d'avoir le peuple derrière lui. Il se trouve que les habitants de la capitale américaine n'ont pour Trump que du mépris. Près de la moitié d'entre eux sont des Afro-Américains qui n'attendent rien de bon d'un président qui considère comme une idylle les temps de la suprématie blanche. Et presque tous les habitants de Washington votent démocrate. En novembre 2016, Trump n'y a obtenu que quatre pour cent des suffrages. Depuis, il reste claquemuré à la Maison-Blanche. Car les Washingtoniens lui font ressentir combien sa présence dans leur ville est indésirable. Trump réagit à sa façon en faisant de la pelouse du centre de la capitale le décor de sa prochaine campagne électorale.»

The Irish Times (IE) /

Détourner l'attention d'une ignominie

Au lieu de s'esbaudir devant le défilé militaire américain, le monde ferait mieux de prendre conscience d'un autre problème du pays, rappelle Irish Times :

«Pendant que Trump organisait hier un défilé militaire clinquant et tape à l'œil pour célébrer l''Independence Day' – ou célébrer sa propre vanité, pour être plus exact – une crise humanitaire et morale provoquée par sa politique se déroulait à la frontière méridionale du pays. ... Ce tableau ne fait pas justice aux vraies valeurs américaines. Pour chaque Américain que ces scènes atroces laissent insensible, il y en a cent qui se montrent solidaires avec les migrants, en apportant des vivres aux centres de rétention ou en militant pour un changement politique. Mais cette cruauté institutionnelle est l'incarnation de l'administration Trump, et ses mots et ses actions couvrent de honte ce grand pays.»

Novoïé Vrémia (UA) /

Des accents autoritaires

Le défilé militaire reflète la propension croissante des Etats-Unis de Trump à l'autoritarisme, commente le journaliste Ivan Iakovyna dans Novoïe Vremia :

«Le défilé militaire, la présentation des chars et la parade aérienne offrent un spectacle assez osé pour la tradition américaine. Je note une tendance de plus en plus nette qui me déplaît : ces dernières années, les pays autoritaires n'évoluent pas dans le sens de la démocratie et des libertés, c'est la tendance opposée que l'on observe : les démocraties suivent la pente de l'autoritarisme. Si cela reste au stade d'une question de style aux Etats-Unis, cela n'en laisse pas moins une impression désagréable.»

Vedomosti (RU) /

Montrer qui est maître à bord

Depuis que Trump a été l'invité d'honneur de Macron pour le défilé du 14-Juillet en 2017, il a voulu s'en inspirer et organiser un évènement comparable pour le 4-Juillet. Vedomosti trouve toutefois davantage de similitudes avec la Russie qu'avec la France :

«Poutine n'hésite pas à faire montre le 9-Mai de sa puissance militaire pour que le monde entier comprenne qui l'emporterait si d'aucuns s'aventuraient à se mesurer à la Russie. Le président Trump est un homme ambitieux. On le sait, il fait passer 'l'Amérique d'abord'. Comment pourrait-il donc accepter le triomphe de son homologue Poutine chaque année sur la Place rouge ? Il lui fallait réagir ! ... Il doit donc offrir aux Américains la joie du spectacle d'armes modernes menaçantes. ... Pour être à la hauteur de son ami et concurrent de l'autre côté de l'océan. Soit dit en passant, Trump a plagié Poutine sur un autre point encore : la privatisation de la première fête nationale du pays.»