Russie : référendum sur la Constitution malgré le coronavirus ?

En Russie, le train de réformes constitutionnelles, ménageant notamment à Poutine la possibilité de briguer de nouveaux mandats présidentiels, a été validé en procédure accélérée par le Conseil de la Fédération, par tous les parlements de région ainsi que par le Conseil constitutionnel. La réforme devait initialement être soumise à un vote populaire le 22 avril. La crise du coronavirus qui se profile remet toutefois en cause la tenue du scrutin.

Ouvrir/fermer tous les articles
Ilta-Sanomat (FI) /

Une annulation in extremis est envisageable

Ilta-Sanomat n'exclut pas qu'il soit dans l'intérêt de Poutine d'annuler le référendum :

«Selon les chiffres officiels de mardi, le coronavirus aurait gagné quinze différentes régions et on dénombrerait 114 patients contaminés. ... Il est tout à fait possible que la bombe à retardement du coronavirus menace la Russie, même si le Kremlin ne veut pas le reconnaître. L'imminence de la réforme de la Constitution pourrait expliquer cette volonté de minimiser les choses. ... Peut-être le Kremlin étudie-t-il actuellement laquelle des options est la moins risquée : maintenir le scrutin malgré le coronavirus ou reporter le référendum. Il se peut aussi que Poutine temporise habilement avant de décréter l'état d'urgence sanitaire, qui lui permettra d'adopter les modifications de la Constitution rapidement et sans s'encombrer d'un référendum.»

Ekho Moskvy (RU) /

Une vaine mascarade

Ekho Moskvy s'adresse directement à Poutine et le prie de renoncer au référendum :

«Celui-ci entraînera des dépenses de 15 à 20 milliards de roubles (dans une situation de crise) et l'ouverture de quelque 100.000 bureaux de vote (présentant un risque de contagion au coronavirus). ... D'où la demande suivante : 20 années d'expérience ont montré, au peuple et à vous-même, que vos espoirs et vos désirs se réalisaient invariablement quand ils étaient soumis au vote populaire. Alors pourquoi dépenser inutilement tant d'argent à une époque aussi difficile, et provoquer une promiscuité aussi dangereuse ? ... Déclarons tout simplement que le scrutin du 22 avril a eu lieu et publions dès aujourd'hui les résultats : 75 pour cent de participation et 85 pour cent de bulletins 'pour'. Voire davantage si vous voulez - quoi qu'il en soit, toute contestation est impossible.»