La Lettonie fête le recouvrement de son indépendance

Il y a 30 ans, le 4 mai 1990, le Parlement de Riga votait la sécession de la Lettonie par rapport à l'Union soviétique et le rétablissement de son indépendance. Cette procédure notamment impulsée par la "révolution chantante" a été reconnue par l'Union soviétique en septembre 1991, de même que l'indépendance de la Lituanie et de l'Estonie. Réflexions de la presse lettone en ce jour de souvenir.

Ouvrir/fermer tous les articles
Diena (LV) /

Nous sommes entrés en phase de haute performance

La Lettonie a atteint un certain degré de maturité, constate Diena :

«On pourrait dire que dans la société actuelle, la phase de haute performance commence à 30 ans. Pour les habitants, mais aussi pour l'Etat. Fini les privilèges, la liberté irresponsable et la maximalisation - une phase par laquelle nous passons tous pendant un certain temps. Voici que commence en Lettonie l'ère du pragmatisme, des obligations et de la responsabilité. Que cela signifie-t-il au niveau national ? Plus d'agréments pour les citoyens, un élargissement responsable du système de sécurité sociale et une présence active sur la scène internationale.»

Latvijas Avize (LV) /

La liberté, une conscience à chérir

Dans Latvijas avize, Velta Čebotarenoka, présidente du "Club du 4 mai" des 138 députés qui ont voté pour l'indépendance en 1990, souligne l'importance de la liberté :

«La liberté habitait nos cœurs avant le vote historique du 4 mai 1990. Sans la haute estime dans laquelle nous tenons tous, autant que nous sommes, la conscience de la liberté de parole, de pensée et d'expression, il aurait été impossible de la reconquérir en Lettonie et de donner à la démocratie un nouveau souffle de vie. C'est parce que les gens ont compris que ce type de liberté était impossible en URSS que les députés ont pu être élus et qu'ils ont pu voter le rétablissement de l'indépendance. ... Nous devrions honorer la notion de liberté, qui doit être préservée par tous.»