Le ferry reliant Saranda, en Albanie, à l'île grecque de Corfou. (© picture-alliance/dpa)

  UE et Balkans occidentaux : l'élargissement en question

  12 Débats

Les représentants de l'UE et des Etats des Balkans occidentaux se sont réunis mercredi en Slovénie pour évoquer, entre autres sujets, l'élargissement européen. Les Etats membres ne sont pas parvenus à s'entendre sur une date d'adhésion concrète pour la Serbie, l'Albanie ou la Macédoine du Nord, au grand dam de ces pays. Pour les éditorialistes, cette frilosité est en partie justifiée.

La chancelière Angela Merkel a effectué sa dernière visite officielle dans les Balkans occidentaux. A Tirana, elle s'est entretenue avec les chefs de gouvernement des pays de la région : Albanie, Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Macédoine du nord et Kosovo. Si les chroniqueurs saluent l’intérêt porté par Merkel aux Balkans occidentaux, ils déplorent que pendant son mandat, l'Allemagne et l'UE ne leur aient pas proposé de réelles perspectives.

Lundi s'est tenu en Slovénie le dixième sommet de Brdo-Brijuni, réunissant les pays des Balkans occidentaux. En 2013, la Slovénie et la Croatie avaient lancé cette initiative pour promouvoir l'intégration européenne de la région par le biais d'une coopération régionale. Les médias slovènes constatent avec résignation que l'UE se soucie peu de ces efforts.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont participé lundi par visioconférence à une réunion sur les Balkans occidentaux. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a demandé la reprise des discussions visant à normaliser les relations entre le Kosovo et la Serbie. Autres sujets évoqués : la suppression des visas pour les Kosovars désirant se rendre dans l'UE et la levée du véto bulgare aux négociations d'adhésion de la Macédoine du Nord.

Avec près de 36 pour cent des voix, l'alliance social-démocrate sous Zoran Zaev a remporté sur le fil les législatives en Macédoine du Nord. Le parti national-conservateur VRMO a quant à lui obtenu un score d'environ 34,5 pour cent. Zaev avait démissionné en janvier de sa fonction de Premier ministre, après que le Conseil européen avait a nouveau repoussé la date de pourparlers d'adhésion avec la Macédoine du Nord et l'Albanie.

"Tous les Etats peuvent prétendre à adhérer à l'Union européenne". C'est ce qu'avait promis Angela Merkel lors du premier sommet des Balkans occidentaux, il y a trois ans. L'édition 2017 de cette rencontre qui a réuni l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro et la Serbie s'est clôturée mercredi. Pour les médias européens, la perspective d'adhésion à l'UE est renvoyée sine die.

L'UE veut faire avancer le processus d'adhésion des Etats des Balkans occidentaux. La Serbie et le Monténégro pourraient intégrer l'UE dès 2025. Une perspective d'adhésion claire est également donnée à la Bosnie-Herzégovine, à la Macédoine, à l'Albanie et au Kosovo. Dans le même temps, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, souligne que les pays concernés sont loin de remplir les critères d'adhésion. Les commentateurs font un tour d'horizon des tâches à accomplir avant l'adhésion de ces pays.

Lors du sommet des Balkans qui s'est tenu à Sofia, l'UE a demandé aux candidats (potentiels) à une adhésion à l'UE - Serbie, Monténégro, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo et Macédoine - de fournir des efforts supplémentaires. En contrepartie, elle s'est engagée à des mesures infrastructurelles et à augmenter la dotation de son aide financière. Les commentateurs s'interrogent sur les véritables chances des six candidats et mettent en lumière le rôle clé de la Russie.

Le Conseil européen a reporté au moins d'octobre la décision relative au lancement de négociations d'adhésion pour l'Albanie et la Macédoine du Nord. C'est la décision qui a été prise à l'issue de la rencontre des ministres aux Affaires européennes des Etats membres à Luxembourg. Les éditorialistes appellent l'UE à accélérer le rythme de l'élargissement et les candidats potentiels le rythme des réformes.

Les ministres des Affaires européennes des différents Etats de l'UE ont donné leur accord mardi, par visioconférence, à l'ouverture des négociations d'adhésion à l'UE de la Macédoine du Nord et de l'Albanie. La France, qui était l'un des pays à s'être opposé à cette décision en octobre, a fini par céder, suite à la réforme du processus d'adhésion. La décision ne réjouit pas tous les éditorialistes.

Lors d'un sommet par visioconférence mercredi, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ont apporté leur "soutien sans réserve à la perspective européenne des Balkans occidentaux". Ils ont par ailleurs assuré aux représentants des six Etats extracommunautaires de la région des aides à hauteur de 3,3 milliards d'euros. Mais une nouvelle fois, aucun échéancier n'a été établi pour l'éventuelle adhésion de ces Etats à l'UE. Les éditorialistes font le bilan.