Poutine nomme un nouveau gouverneur à Khabarovsk

Après l'arrestation de Sergueï Fourgal, gouverneur du kraï de Khabarovsk, dans l'Extrême-orient russe, Poutine a nommé le député de la Douma Mikhaïl Degtiarov à sa place. A l'instar de Fourgal, Degtiarov est membre du parti nationaliste LDPR. Depuis plusieurs semaines, les citoyens de Khabarovsk manifestent massivement contre l'incarcération de Fourgal. De l'avis des chroniqueurs, il est peu probable que la décision apaise la population.

Ouvrir/fermer tous les articles
newsru.com (RU) /

Une erreur de casting

Dans un post Facebook relayé par le site newsru.com, le chroniqueur Kirill Choulika estime qu'il s'agit d'une nomination erronée :

«Fourgal est un politique populaire, qui a remporté un scrutin contre Russie Unie [le parti de Poutine] - ce que ses partisans avaient perçu comme une victoire sur Moscou. ... Degtiarov n'a aucun poids, à Khabarovsk comme à la Douma. ... Vu son CV, il n'aura aucune autorité dans la province - ni auprès des électeurs, ni auprès des élites locales. Au contraire, on le considèrera comme le représentant de ce pouvoir moscovite qui a emprisonné Fourgal. ... Bref, c'est le pire choix possible. Cela montre que le Kremlin se trompe complètement dans son évaluation de la situation dans l'Extrême-Orient russe.»

Ekho Moskvy (RU) /

Un Etat féodal

Dans Ekho Moskvy, le chroniqueur libéral Leonid Gosman voit dans cette nomination la marque d'un système féodal :

«Pourquoi avoir nommé un politique LDPR ? Il faudrait que les individus qui ont briefé Poutine sur la situation à Khabarovsk sachent que les citoyens du kraï ne descendent pas dans les rues pour défendre ce magnifique parti, mais pour la personne qu'ils avaient élue. ... Bien sûr, le pays tout entier et tout ce qu'il contient appartient au président. Mais les autres seigneurs locaux ont aussi leurs droits, et, au titre de souverain avisé, Poutine entend se garder de les bafouer. Khabarovsk étant devenu la propriété du LDPR, il faut préserver cet état de fait. Et tous les autres ducs doivent comprendre que si l'un d'entre eux tombe en disgrâce, le souverain le jettera au cachot mais ne touchera pas à son duché.»