Estonie : le mariage a-t-il besoin d'une définition officielle ?

En Estonie, la coalition gouvernementale constituée du Parti du centre (EK), du Parti de la patrie (Isamaa) et du parti d'extrême droite EKRE a décidé d'organiser au printemps un référendum sur la définition du mariage devant être ancrée dans la Constitution. Cette définition n'aura pas de valeur juridiquement contraignante - le cas échéant, le gouvernement devrait démissionner en cas de défaite au référendum. L'instigatrice de la consultation est la formation EKRE, qui cherchait à renverser la loi adoptée en 2015 sur l'enregistrement des unions civiles entre personnes de même sexe.

Ouvrir/fermer tous les articles
Eesti Rahvusringhääling (EE) /

Des questions pièges

Sur le portail ERR Online, la sociologue Mare Ainsaar estime que les termes dans lesquels les questions du référendum sont posées sont trop suggestives. Elle y voit une une "consultation loup-garou", les "fake news" étant aussi appelés "infos loup-garou" en Estonie :

«Le projet de consultation populaire envisage de poser les questions suivantes : 'Souhaitez-vous que l'Estonie reconnaisse le mariage comme la seule union d'un homme et d'une femme' ou bien 'Souhaitez-vous que le mariage en Estonie ne soit valable que sous la forme d'une union entre un homme et une femme ?". Il s'agit clairement de la création d'un 'loup-garou'. Les consultations ne sont pas toujours bonnes et honnêtes. Les consultations 'loup-garou' sont néfastes. ... On peut prétendre qu'il s'agit d'une consultation, mais il s'agit en vérité d'une façon d'influencer les esprits, ou d'une forme de publicité. Difficile d'imaginer comment répondre à ces questions autrement que par la négative.»

Õhtuleht (EE) /

Une régression qui aura un effet boomerang

Õhtuleht pense que la résistance d'EKRE et Isamaa finira malgré eux par paver la voie au mariage pour tous :

«La lutte farouche engagée par les deux partis contre la loi sur l'union civile a ouvert le débat sur le mariage entre personnes de même sexe - qui aurait sinon été repoussé de plusieurs décennies. ... A présent, les Verts et Eesti 200 montent au créneau, et eux n'ont pas peur d'aborder le sujet - ils ont du reste initié une pétition qui a recueilli plus de 33 000 signatures. Il est évident qu'il n'y aura pas de référendum sur le mariage portant sur les véritables enjeux - le Premier ministre, Jüri Ratas, le chef de file d'EKRE et le leader d'Isamaa ne prendraient pas le risque d'une motion de censure sur la question. Ils essaient donc lâchement de sauver leur peau en proposant un pâle succédané. EKRE et Isamaa ont certes gagné la bataille contre la loi sur l'union civile, mais leur victoire entraînera in fine la légalisation du mariage homo.»