Finlande : des médias malmenés par la fiscalité

Bien qu’elle occupe le quatrième rang au classement de Reporters sans frontières, la Finlande a elle aussi connu un cas d’influence de l’exécutif sur les médias il y a quelques années.

Groupe Sanoma à Helsinki (© picture-alliance/dpa)
Groupe Sanoma à Helsinki (© picture-alliance/dpa)
Fin 2016, l’audiovisuel public finlandais Yle a traversé une grave crise : une de ses journalistes avait enquêté sur une aide financière apportée par l’Etat au groupe en difficulté Terrafame. Une décision dont le premier ministre Juha Sipilä aurait dû s’abstenir en raison d’un possible conflit d’intérêts familial, risque également évoqué par d’autres médias. Le rédacteur en chef d’Yle avait alors interdit toute couverture critique de l'affaire. Sipilä aurait été derrière ce silence, immixtion dont il se défend cependant. Dans la foulée, plusieurs grands journalistes d’Yle avaient présenté leur démission. En mai 2017 enfin, c’est le rédacteur en chef d’Yle qui a été poussé vers la sortie.

La crise des médias et le bouleversement du paysage médiatique continuent de faire couler beaucoup d’encre en Finlande. Deux mesures fiscales controversées ont jeté de l’huile sur le feu : la perception, à partir de 2012, d’une TVA – de neuf puis de dix pour cent – sur les produits de presse écrite, suivie, un an plus tard, de la taxe dite Yle (de la radiotélévision publique nationale éponyme). Les éditeurs de journaux imputent à l’adoption de cette TVA une grande part de la responsabilité dans le recul persistant du nombre d’exemplaires vendus.

Aujourd’hui, même l’Etat reconnaît que l’adoption de la TVA sur les produits imprimés avait été une erreur. Si en 2013, la taxe avait rapporté 31 millions d’euros à l’Etat, en 2015, cette somme ne se chiffrait plus qu’à 15 millions. Il existe en effet des moyens de se soustraire à la taxe. Les entreprises médiatiques A-Lehdet et Sanoma par exemple expédient désormais leurs publications depuis la Norvège. Car lorsque les journaux sont envoyés d’un pays non membre de l’UE, l’abonnement n’est pas assujetti à la taxe.

En dépit de ce recul des tirages, les Finlandais restent des lecteurs très assidus, en comparaison à la moyenne internationale. Sur 1.000 habitants, le site medialandscapes.org compte 298 journaux (2014). La Finlande occupe ainsi le cinquième rang mondial des meilleurs lecteurs de presse.

Le paysage médiatique finlandais se caractérise par une très forte concentration. Deux groupes médiatiques, Sanoma et Alma Media, sont responsables du tirage de la majorité des quotidiens. De surcroît, les deux sociétés sont également présentes dans les secteurs de la télévision, de la radio et d’Internet. Le quotidien le plus distribué et le plus influent est de loin Helsingin Sanomat, produit du groupe Sanoma. Parallèlement aux journaux de langue finnoise, on trouve une série de journaux d’expression suédoise qui s’adressent à la minorité de langue suédoise.

Ces dernières années, les éditeurs ont intensifié leur coopération en vue de comprimer les coûts. En 2014, douze journaux régionaux ont passé un accord de coopération prévoyant la production en commun de contenus destinés à la presse écrite et en ligne. Par ailleurs, les éditeurs ont considérablement développé leurs activités en ligne ; ils enregistrent une forte augmentation des recettes publicitaires réalisées sur Internet et proposent des contenus partiellement ou intégralement payants. Ainsi, après des années de baisse des tirages, Helsingin Sanomat a réussi à remonter la pente en 2017. Le recul persistant des exemplaires sur papier a été compensé par une progression des abonnements en ligne. La radio-télévision publique financée par les redevances Yle s’attire de plus en plus les foudres des maisons d’édition et des chaînes de télévision privées qui prennent pied sur Internet, car les informations et les films gratuitement mis à disposition par Yle font concurrence aux entreprises privées.

Classement pour la liberté de la presse (Reporters sans frontières) :
rang 4 (2018)

Mise à jour : mai 2018
Rechercher un média

Médias de Finlande à euro|topics

Rechercher un média