(© picture-alliance/dpa)

  La Russie et l'UE

  10 Débats

La coalition sortante (centre droit) a perdu sa majorité aux législatives en Lettonie. Le parti d'opposition Harmonie (social-démocrate, pro-russe) est devenu la première force du pays. Trois partis font par ailleurs leur entrée à l'Assemblée. Ce paysage parlementaire fragmenté devrait compliquer la formation d'un gouvernement. Les journalistes s'interrogent sur l'impact de ce résultat pour l'Etat balte.

Au mois d'avril, les Pays-Bas ont expulsé quatre Russes qui auraient tenté de pirater le réseau informatique de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye. C'est ce qu'a annoncé jeudi le ministère de la Défense, indiquant que la piste privilégiée était celle du GRU, le service de renseignement militaire russe. Comment répondre à ces cyberattaques ?

Pour la première fois depuis 2012, le président russe Vladimir Poutine a rencontré la chancelière Angela Merkel à Berlin. Avec les présidents français et ukrainien, ils ont convenu d'un ensemble de mesures pour l'Ukraine orientale. Merkel a également critiqué l'engagement militaire russe en Syrie, qu'elle a qualifié d''inhumain'. En l'absence de vision stratégique commune, les dirigeants européens ne pourront rien faire contre Poutine, soulignent les commentateurs.

Le ministère de la Défense russe a invité des représentants de l'OTAN à Moscou pour évoquer les questions de sécurité dans la région balte. La Russie voudrait qu'à l'avenir, les avions militaires des deux camps soient tenus d'allumer leurs transpondeurs pour survoler la Baltique. Les commentateurs appellent à accepter l'invitation de Moscou.

En se rendant en Grèce, le président russe a effectué vendredi sa première visite dans un Etat de l'UE depuis plus d'un an. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et Vladimir Poutine ont annoncé vouloir développer les relations économiques entre les deux pays. Cette visite n'a pas vraiment plu à certains éditorialistes des PECO.

La victoire de l’Ukrainienne Jamala à l’Eurovision crée des nouveaux remous dans les relations russo-européennes. Certains élus russes voient dans sa chanson « 1944 », qui traite du destin des Tartares de Crimée chassés par Staline cette année-là, une attaque contre la Russie actuelle. Dans quelle mesure la politique a-t-elle droit de cité à l’Eurovision ?

Le conseil OTAN-Russie s’est réuni pour la première fois depuis deux ans, sans pour autant qu’un compromis soit trouvé sur les questions qui divisent les deux camps. Il est temps que l’OTAN remette Moscou à sa place, exigent certains commentateurs. D’autres estiment que la politique de l'organisation est trop agressive vis-à-vis du Kremlin.

De plus en plus de demandeurs d'asile en provenance de Russie pénètrent actuellement en Finlande. Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä cherche le dialogue avec son homologue russe, Dmitri Medvedev. Moscou travaillerait-elle avec des passeurs criminels à dessein de provoquer l'UE ?

Un juge britannique a estimé "probable" que Vladimir Poutine ait consenti à l'assassinat de l'ex-espion Alexandre Litvinenko. Celui-ci est mort en 2006 par empoisonnement radioactif, après avoir rencontré deux agents russes. Des difficultés en perspective pour Moscou ?

L’adolescente russe vivant à Berlin prétendument victime d’un viol perpétré par des hommes "d'apparence méridionale" a avoué avoir inventé l’histoire de toutes pièces. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait reproché aux autorités allemandes de vouloir étouffer l’affaire. Jusqu’où peut aller la propagande russe ?