Roumanie : condamnation d'un ex-officier de la Securitate

Première en Roumanie : un ex-officier de la Securitate a été condamné pour avoir torturé des prisonniers politiques. A 90 ans, Alexandru Vişinescu a écopé de 20 ans de prison. Les avis des commentateurs divergent sur l'impact que ce verdict aura sur la société roumaine.

Ouvrir/fermer tous les articles
Contributors (RO) /

Pas de prescription pour les bourreaux

Ce verdict est un pas important pour le travail de mémoire de la Roumanie sur son passé communiste, commente l’historien Dorin Dobrincu sur le portail de blogs Contributors :

«Cette condamnation envoie à la société et aux institutions un message fort qui souligne qu’aucun crime ne peut être frappé de prescription. Autrement dit, le temps qui passe ne lave pas les bourreaux de leur faute. Ils ne peuvent invoquer pour leur défense le fait d'avoir été de simples exécutants. … Les phénomènes de souvenir et d’oubli sont le propre de toute société. Les choses se corsent en revanche quand on occulte délibérément des faits graves, quand les victimes ne connaissent pas de justice morale et juridique, et que la justice et la société se figent dans l’indifférence et le cynisme. Le cas de Vișinescu ouvre la voie à un véritable changement dans l’opinion.»

România Liberă (RO) /

La Roumanie encore traumatisée par son passé

Pour le quotidien România Liberă, le verdict relatif à Alexandru Vişinescu, ancien officier de la police politique Securitate, tombe bien trop tard :

«Les crimes du communisme sont aujourd’hui bien trop loin. Une ignorance consentie nous a engloutis. Nous ne voulons pas comprendre que ces anciens crimes sont le socle bancal sur lequel nous construisons notre présent, qui se dérobe sous nos pieds. Notre démesure actuelle, notre dilemme moral sont l’aboutissement d’un passé avec lequel on nous a empêchés de régler nos comptes, un passé que nous n’avons pas voulu comprendre jusqu’au bout, que nous avons banni. Il a fallu attendre un quart de siècle avant de réaliser l’exploit de condamner un directeur de prison issu de l’ère stalinienne, qui a eu la malchance de vivre trop longtemps.»