Liberté de la presse

  19 Débats

Les enquêteurs turcs partent du principe que Jamal Kashoggi, le journaliste porté disparu à Istanbul, a été assassiné par des agents secrets saoudiens. Riyad a proféré la menace de représailles dans l'hypothèse où des sanctions économiques seraient prises contre le royaume. Une mesure que préconisent cependant les éditorialistes, qui s'étonnent de cette prise de conscience si tardive face au régime saoudien.

Dans l'affaire du viol et du meurtre de la journaliste bulgare Viktoria Marinova, un suspect aurait été interpelé en Allemagne. De l'avis du parquet bulgare, il n'y aurait pas de lien, à ce stade de l'enquête, entre le crime et le travail de Marinova. Les éditorialistes européens ne baissent pas la garde.

Une querelle entre la classe politique et les médias a éclaté en Lituanie. L'accès aux informations contenues dans le "registre national", qui consigne notamment toutes les données relatives aux entreprises, devrait dorénavant devenir payant pour les journalistes. Il ne l'était jusqu'à présent que pour les entreprises et les particuliers. Les chroniqueurs y voient une atteinte au journalisme d'investigation et à la liberté de la presse.

Sept mois après le meurtre du journaliste d'investigation Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová, la police slovaque a arrêté huit suspects, dont le meurtrier présumé, selon le quotidien Dennik N. Les commentateurs sont soulagés et espèrent retrouver leur foi en la justice.

Dans une circulaire envoyée à la police autrichienne, le ministre de l'Intérieur, Herbert Kickl, affilié au parti d'extrême droite FPÖ, a demandé aux services de police de ne plus fournir que les informations les plus élémentaires aux médias dits critiques. Il exige par ailleurs que les futurs communiqués de la police fassent dorénavant mention de la nationalité des suspects ainsi que des informations relatives à leur statut de séjour. La presse du pays fulmine.

Deux journalistes chypriotes-turcs - l'éditeur du journal Afrika, Şener Levent, et son collègue Ali Osman - ont été inculpés en Turquie pour avoir critiqué l'opération militaire d'Ankara en Syrie. Ils avaient qualifié l'intervention à Afrin de 'seconde invasion turque', en écho à l'invasion turque de Chypre en 1974. Les médias chypriotes-grecs appellent à défendre les journalistes.

Pression de l'exécutif, autocensure et assassinats de journalistes en Europe : la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, a été l'occasion pour les commentateurs de se pencher sur les dangers croissants auxquels les journalistes sont confrontés. Une raison de plus, selon eux, de s'armer de courage.

Le rédacteur en chef du quotidien turc Cumhuriyet, son directeur ainsi que 13 autres collaborateurs ont été condamnés mercredi à des peines de prison allant de deux à sept ans pour leur soutien présumé au mouvement Gülen et au PKK. Si certains commentateurs voient rouge pour Cumhuriyet et la Turquie, d’autres gardent l'espoir de jours meilleurs.

L'an dernier, la situation de la liberté de la presse s'est détériorée en Europe plus que nulle part ailleurs dans le monde. C'est ce qui ressort du classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, qui explique ce recul notamment par des intimidations de la classe politique, par des meurtres de journalistes et des législations strictes sur la diffamation. Des commentateurs européens donnent leur avis sur l'évolution du palmarès.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné la Turquie pour la détention de deux journalistes. Les plaignants, Mehmet Altan et Şahin Alpay, espèrent que ce recours ouvrira la voie à leur libération définitive. Car en sa qualité de membre du Conseil de l'Europe, la Turquie est tenue de mettre en application le verdict de la CEDH. Les commentateurs espèrent que cette sentence fera bouger les lignes.

Après le ministre de la Culture, le ministre de l'Intérieur, Robert Kaliňák, a présenté sa démission. Depuis l'assassinat du journaliste d'investigation Ján Kuciak, il y a deux semaines, le gouvernement est sous pression. Des dizaines de milliers de Slovaques ont manifesté pour dénoncer l'attitude des dirigeants envers les journalistes et leur implication dans des affaires de corruption. Le départ de Kaliňák pourra-t-il calmer le jeu ?

La rédaction du quotidien ukrainien Vesti a été mise sous scellés suite à des accusations pour corruption visant le propriétaire de la holding médiatique propriétaire du journal, l'ex-ministre des Affaires étrangères Olexandre Klymenko. Le bâtiment a été confié à une entreprise de gestion qui, selon des témoins, aurait donné ordre à ses employés de détruire ce qui se trouvait dans les bureaux. Les journalistes ukrainiens parlent d'une guerre du pouvoir contre les médias critiques.

Après l'assassinat à la voiture piégée, lundi, de Daphne Caruana Galizia, une blogueuse maltaise renommée, plusieurs eurodéputés ont pris à parti la Commission européenne. Ils lui reprochent de ne rien avoir fait pour lutter contre la corruption et la criminalité à Malte. Les journalistes européens appellent eux aussi à réagir à cet assassinat.

Le procès intenté contre 17 journalistes du journal Cumhuriyet s'ouvre aujourd'hui à Istanbul. Ils sont accusés de soutenir le PKK et le mouvement Gülen, classés organisations terroristes en Turquie. Les éditorialistes européens pointent l'absurdité de ces accusations et expliquent pourquoi la justice turque les instrumentalise.

Le journaliste et documentariste italien Gabriele Del Grande est détenu en Turquie depuis le 9 avril. Selon les médias, il aurait été arrêté à la frontière turco-syrienne alors qu’il interviewait des réfugiés. Rome a sommé Ankara de libérer le reporter de 34 ans. Aucune accusation officielle n'a pour l’instant été formulée contre Del Grande. La presse italienne croit connaître les raisons de son incarcération.

Suite à l'arrestation de Deniz Yücel, correspondant pour la Turquie du quotidien Die Welt, plusieurs élus allemands réclament d'interdire l'entrée sur le territoire allemand au président Erdoğan, qui souhaite venir faire campagne pour son référendum. Le reporter âgé de 43 ans est accusé de propagande en faveur d'une organisation terroriste. Quelles sont les motivations d’Ankara et quelle devrait être la réaction de Berlin ?

En Turquie, le rédacteur en chef et d'autres collaborateurs du principal journal d'opposition Cumhuriyet ont été arrêtés en début de semaine. Le Parquet les accuse d'avoir soutenu le PKK kurde ainsi que le mouvement du prédicateur Fetullah Gülen. L'inquiétude est omniprésente dans la presse européenne.

Des représentants de l’UE ont réprouvé la prise en main par le gouvernement du journal d’opposition turc Zaman. Il avait été mis sous tutelle de l’Etat vendredi avant que la police n'investisse les locaux de la rédaction. Beaucoup de commentateurs jugent bien trop complaisante la critique adressée à Ankara.

Le procès intenté contre les deux journalistes turcs Can Dündar et Erdem Gül s'ouvre vendredi à Istanbul. Ils sont accusés d'avoir rapporté de supposées livraisons d'armes par les services secrets turcs en Syrie. La presse turque se range majoritairement derrière les journalistes.