Trump va-t-il croiser le fer avec la Chine ?

Après ses annonces de droits de douane sur l'acier et l'aluminium, le président des Etats-Unis Donald Trump prévoit des mesures commerciales concrètes à l'encontre de la Chine : il envisage notamment d'imposer des droits de douanes sur les importations et de limiter les investissements en provenance de l'empire du milieu. Il compte ainsi réduire le gigantesque déficit de la balance commerciale des Etats-Unis par rapport à la Chine. Les commentateurs doutent que ces mesures soient dans l'intérêt de l'économie de son pays.

Ouvrir/fermer tous les articles
Die Tageszeitung taz (DE) /

Trump sanctionne la première source de financement des USA

En instaurant comme il compte le faire des droits de douanes contre la Chine, Trump se tire une balle dans le pied, analyse Felix Lee, correspondant pour la Chine de taz :

«Tout excédent dans la balance commerciale réalisé par la Chine envers les Etats-Unis correspond à un retour de capital. C'est la logique commerciale la plus élémentaire. Dans les faits, cela se traduit ainsi : l'Amérique achète des marchandises à la Chine et les paie avec des dollars américains. Avec ces mêmes dollars, la République populaire achète majoritairement des emprunts d'Etat américains - faisant ainsi crédit aux Etats-Unis. La Chine a placé une part importante de ses excédents en obligations américaines. ... Si le déficit commercial devait diminuer suite à la surtaxation, Trump se priverait de sa principale source de financement public. Ce n'est pas anodin quand on songe que la dette publique des Etats-Unis atteint plus de 20 billions de dollars.»

Global Times (CN) /

Pékin répondra du tac au tac

Le journal d'Etat chinois Global Times répond à l'annonce de surtaxation de Trump par la menace :

«Si les Etats-Unis veulent réduire leur déficit commercial, ils doivent amener leur peuple à travailler plus dur. ... Jouer les victimes ne sert à rien. Pour plaire à ses électeurs et se faire réélire, Trump entend obtenir le plus d'avantages possibles pour son pays. S'il s'en est bien tiré jusqu'à aujourd'hui, il n'a aucun intérêt à chercher la confrontation. Si une guerre commerciale éclate, les pays capables de résister ne s'inclineront pas devant les Etats-Unis. La Chine s'est efforcée d'éviter une guerre commerciale. Si un tel conflit se déclarait, elle ne resterait pas les bras croisées. ... La Chine ne va pas se laisser traîner dans la boue. C'est d'ailleurs peut-être son destin d'en découdre avec les États-Unis, ne serait-ce que pour donner une leçon à Washington.»

Corriere del Ticino (CH) /

Quand on fait fi des lois économiques

Ce conflit tire son origine des règles du jeu de la mondialisation en vigueur à ce jour, explique dans Corriere del Ticino l'économiste Alfonso Tuor :

«La mondialisation a détruit les marchés du travail dans les anciens pays industrialisés et créé des inégalités inadmissibles. Elle a déclenché un mécanisme de dumping salarial et fiscal insoutenable. … Accroître sans cesse la compétitivité : voilà l'objectif qu'on s'était donné. Les marchés intérieurs en ont pâti. On a négligé le fait que l'excédent commercial d'un pays appelait inexorablement un déficit dans un autre pays, engendrant un imbroglio de tensions politiques et économiques.»