Le Labour est-il antisémite ?

Le Parti travailliste britannique est confronté à des soupçons d'antisémitisme. The Sunday Times a en effet rapporté des propos antisémites tenus par des groupes proches du Labour sur les réseaux sociaux. Tandis que des organisations juives ont manifesté, l'un des principaux bailleurs de fond des sociaux-démocrates a indiqué son retrait. Les commentateurs évoquent les tendances antisémites au sein du Labour.

Ouvrir/fermer tous les articles
Die Tageszeitung taz (DE) /

Le Labour doit combattre l'antisémitisme dans ses rangs

De toute évidence, l'antisémitisme est profondément ancré au sein du Labour, déplore taz :

«Il s'agit clairement d'antisémitisme : de radotage sur un complot juif, de négationnisme, et cela au nom de la lutte anticapitaliste et de l'opposition à l'establishment. ... On peut se réjouir que Corbyn et son appareil commencent progressivement à combattre ces tendances. Mais il est regrettable qu'ils aient attendu d'être mis au pied du mur pour le faire. Certains partisans de Corbyn assurent que ces accusations d'antisémitisme s'inscrivent dans le cadre d'une campagne de dénigrement. ... La seule réponse qu'on peut donner à de telles remarques, c'est que ces campagnes ont un effet positif. Car si éliminer les antisémites de son propre entourage porte atteinte à Corbyn, c'est que quelque chose ne va pas. L'idéologie d'extrême droite n'a rien à faire au sein d'une gauche digne de ce nom.»

The Daily Telegraph (GB) /

Un moralisateur mis au pilori

Les ennemis des Etats-Unis et d'Israël ont fait leur nid au Labour, déplore The Daily Telegraph :

«Il est évident que les partisans honnêtes du Labour s'indignent de ce qui s'est produit et du tort causé à un parti qui se veut fédérateur et tolérant. Mais ils sont piégés par la dépendance de leur leader aux militants d'extrême gauche, dont les visées géopolitiques sont essentiellement dominées par la haine de l'Amérique et d'Israël. Les rivaux du Labour peuvent se réjouir de ces déboires, car un parti qui se pose en donneur de leçons sur les questions des droits de l'homme et du racisme se retrouve mis au pilori pour ses carences dans les deux domaines.»