Lettonie : la première chaîne privée va plier boutique

Au bout de plus de 20 ans, la plus ancienne chaîne privée de Lettonie, LNT, va cesser d'être diffusée. Le groupe médiatique All Media Baltics entend la remplacer par une chaîne de divertissement s'adressant à un public féminin. Tous les journalistes de la rédaction du canal d'information LNT seront mis à pied. Les commentateurs ne sont pas tous critiques.

Ouvrir/fermer tous les articles
Tvnet (LV) /

L'info n'est pas un secteur lucratif

Pour le portail Tvnet, cette fermeture n'a rien de surprenant :

«La télévision se trouve aujourd'hui dans la situation dans laquelle se trouvait la presse papier il y a dix ans. A l'époque, le modèle commercial des journaux s'était effondré car les médias en ligne, Google et les réseaux sociaux l'avaient privé de ce qui avait assuré son financement pendant un siècle : la publicité classique. La télévision est en train de perdre la partie face à Netflix et Youtube. La nouvelle génération ne veut pas regarder la télévision à des horaires fixes, mais sur Internet et sur son téléphone portable. C'est pourquoi les propriétaires de LNT ont licencié les journalistes du service d'information et produiront dorénavant davantage d'émissions de divertissement. Car ce qui leur importe, c'est les recettes. L'information ne permet pas de faire suffisamment de chiffre.»

Latvijas Avize (LV) /

Quid du quatrième pouvoir ?

Latvijas Avīze évoque pour sa part une triste nouvelle :

«Les téléspectateurs avertis se demandent peut-être si toutes les nouvelles importantes ont déjà été diffusées. Et si la télévision n'a plus pour mission de contribuer à la culture des spectateurs. ... On nous dit que LNT sera transformée en un tournemain en chaîne destinée aux enfants et aux femmes. Les chaînes publiques et privée s'attachaient à présenter la réalité de la vie de manière plus ou moins objective. Et ceux qui tenaient le micro étaient des spécialistes de leur métier, capables de se mesurer à leur concurrents. Aujourd'hui, les reportages sont un vestige du passé, ensevelis sous les gravats, et les journalistes sont privés de leur rêve. LNT ne sera plus là pour décrypter les choix et les errements des politiques.»