Varsovie tire à boulets rouges sur Berlin et Bruxelles

Dans le litige portant sur la réforme de la justice controversée en Pologne, de nombreuses voix en Europe appellent à la fermeté et aux sanctions contre Varsovie. En Pologne, ces appels attisent un climat europhobe et germanophobe. Certains médias proches du PiS vont jusqu'à affirmer que l’Allemagne aurait financé la contestation des dernières semaines. Les commentateurs évoquent l'image de Berlin et de Bruxelles aux yeux des Polonais.

Ouvrir/fermer tous les articles
Gazeta Wyborcza (PL) /

La rhétorique germanophobe est efficace

Le PiS tente de dénigrer l'Allemagne et l'UE, estime Gazeta Wyborcza :

«La rhétorique germanophone a toujours été une composante du PiS. C'est grâce à cette rhétorique, notamment, que le parti avait remporté les élections de 2005 ; il avait alors apporté la preuve que le grand-père du leader du PO [de l'époque], Donald Trusk, avait servi dans la Wehrmacht. Jarosław Kaczyński avait alors cherché à prouver que Szczecin était bien une ville polonaise, ce que personne ne remettait en cause. Le dessein est différent cette fois-ci. Les médias du PiS veulent préparer leur (é)lectorat à un conflit avec l'UE. Ils tentent de montrer que les Allemands promeuvent les sanctions de la Commission, qui frapperont peut-être bientôt la Pologne. Et que la mobilisation contre la réforme de la justice, ainsi que toute organisation hostile au PiS, sont financées par Berlin.»

The Guardian (GB) /

Les menaces de l'UE ne font que renforcer le PiS

The Guardian juge aussi que Varsovie saura tirer parti d'un conflit avec les autres Etats membres :

«Libéraux et progressistes commettent une grave erreur s'ils croient, en prévenant les partisans du PiS que la Pologne pourrait voir son influence et son image mises à mal en Occident, qu'ils arriveront à instiller ainsi dans leurs rangs des sentiments de honte et de culpabilité. ... De toute façon, la plupart des gens ne votent pas. Mais un nouveau conflit entre partisans d'une intégration européenne approfondie d'un côté et europhobes de l'autre pourrait les inciter à aller aux urnes. ... Les menaces de sanctions européennes polariseront fort probablement la société polonaise. L'effet serait similaire à celui constaté lors de la campagne du Brexit au Royaume-Uni et de celle de Trump aux Etats-Unis.»

Wpolityce.pl (PL) /

L'Allemagne n'a pas le droit de critiquer la Pologne

Le portail d’information proche du gouvernement Wpolityce.pl s'indigne de l’immixtion de Bruxelles :

«Les tentatives de plus en plus agressives et hostiles des bureaucrates de Bruxelles de faire pression sur la Pologne ne mènent à rien. Car leur attaque à coups d’arguments factices a à peu près autant de valeur que les hooligans de la politique européenne. ... Cette attaque est d’autant plus repoussante que des représentants allemands y participent. Ils sont bien les derniers à avoir le droit de nous sommer de respecter quelque règle que ce soit. Si les hordes allemandes et les bandits de Moscou ne nous avaient pas attaqués en 1939, nous serions certainement aujourd’hui un pays riche et prospère.»