Monténégro : Djukanovic reste au pouvoir

Milo Djukanovic, Premier ministre du Monténégro depuis plusieurs années, a été élu président dès le premier tour du scrutin. Djukanovic et son parti gouvernent le pays depuis près de 30 ans. Son orientation pro-européenne et la stabilité politique du pays le protègent des accusations de corruption et de clientélisme qui lui sont faites, selon les éditorialistes.

Ouvrir/fermer tous les articles
taz, die tageszeitung (DE) /

Démocratiser

Pour taz, ce vote est favorable au maintien de l'ancrage occidental du pays :

«C'est à Djukanovic que revient le mérite d'avoir tranché les liens qui unissaient ce petit pays de 700 000 habitants avec la Serbie, et de l'avoir préservé des erreurs de la politique serbe. Le Monténégro est le seul Etat des Balkans occidentaux où il n'y a pas eu d'épurations ethniques. ... Mais pour entrer dans l'histoire de son pays, Djukanovic devra, avec l'adhésion à l'UE, ouvrir la voie à une démocratisation réelle de la société - favoriser notamment l'indépendance de la justice. Ceci implique la participation du parti arrivé en troisième position du scrutin, bien que peu représentatif en termes de voix, et composé de partis critiques de Djukanovic et issus de la société civile. Un parti qui veut bâtir un Etat occidental sans délais et sans bémols au Monténégro.»

Lb.ua (UA) /

L'Ouest protège ses alliés

L'Ouest protège les leaders interlopes tant qu'ils sont opposés au Kremlin, ironise le journaliste Vitali Portnikov sur le portail LB :

«L'Ouest se pose en champion des valeurs. Mais lorsqu'il doit défendre des alliés 'avérés', les valeurs passent au second plan. C'est pourquoi tout leader désireux de rester au pouvoir dans le monde postcommuniste doit, tout en préservant une façade démocratique, rendre des services inestimables à l'Ouest. Dans ce cas, ce dernier le protégera des militants, de l'opposition, de Moscou - et fermera les yeux sur beaucoup de choses. Mais si ce leader fait des histoires et va jusqu'à passer un coup de fil à Poutine, alors l'Ouest le conspue - et le traite de trafiquant, de corrompu. Petite conclusion à l'intention des aspirants-dirigeants : ne faites pas d'histoires. Rejoignez la lutte contre les agents de Moscou !»