Coronavirus en Irlande : l'impair funeste d'un ministre ?

Après cinq semaines en poste, le ministre irlandais de l'Agriculture, Dara Calleary, a dû jeter l'éponge, pour n'avoir pas observé les consignes sanitaires. Il avait participé à un repas avec 80 convives. Le commissaire européen au Commerce, Philip Hogan, lui aussi du repas, ne souhaite pour sa part pas démissionner. Les commentateurs irlandais évoquent une crise gouvernementale profonde et complexe.

Ouvrir/fermer tous les articles
The Irish Times (IE) /

Une offense à ceux qui observent les règles

Ce scandale porte un coup à la crédibilité du gouvernement dans la lutte contre Covid-19, déplore The Irish Times :

«Depuis mars, la majorité des gens se sont imposés de lourdes restrictions de leur mode de vie dans l'intérêt général. C'est justement ce qui rend aussi enrageant de voir ces règles bafouées par certains éléments de la classe politique. Une affaire déplorable, qui complique encore la tâche du gouvernement, qui a déjà du mal à définir sa nouvelle stratégie contre le Covid-19 et à la communiquer. Sa capacité à faire passer le message 'c'est un défi que nous relèverons ensemble' a été torpillée, peut-être irrémédiablement.»

The Irish Independent (IE) /

La coalition gouvernementale ébranlée

The Irish Independent craint que cette crise n'ait raison de la coalition tripartite au pouvoir en Irlande depuis deux mois seulement :

«Il est des crises politiques qui ressoudent les liens au sein d'une coalition. Il est peu probable que ce soit le cas de celle-ci. Cette crise augmente la pression sur un gouvernement qui craquait déjà aux coutures. ... Un important défi l'attend à l'automne. Car le virus ne disparaît pas. Il semblerait qu'après le krach économique momentané, une récession durable s'installe. Les Verts sont d'ores et déjà divisés quant aux mesures à prendre, ce qui empirera encore quand il s'agira de décider à quel niveau l'Etat devra faire des économies. Le second membre de la coalition, Fianna Fáil, est déchiré par des luttes intestines et le troisième, Fine Gael, donne l'impression de vouloir quitter le navire.»