Le site Meduza déclaré 'agent de l'étranger' par Moscou

Les autorités russes ont classé le site d'information indépendant Meduza dans la catégorie "agent de l'étranger". Le portail de langue russe qui couvre l'actualité russe mais qui est hébergé en Lettonie devra dorénavant clairement rappeler ce statut juridique avant chaque nouvelle diffusée. Les clients publicitaires sont nombreux à se désister, le média a lancé un appel aux dons. Les commentateurs voient dans la mesure un nouveau coup de filet du Kremlin.

Ouvrir/fermer tous les articles
Echo Moskwy (RU) /

Etouffer les voix critiques

Pour Ekho Moskvy, la mesure s'inscrit dans le cadre de la stratégie du Kremlin visant à contrôler le secteur des médias d'expression russe :

«De même qu'en 2012, on avait sauté à la gorge des médias et des journalistes qui avaient soutenu la vague de contestation, de même aujourd'hui une purge vise tous les médias importants qui se sont fait le relais des enquêtes pour corruption, des empoisonnements et des manifestations en soutien à Navalny. Ils se comptent sur les doigts de la main, et Meduza est à n'en pas douter le média indépendant en ligne le plus en vue et le plus influent. ... Une purge de Youtube sera un nouveau jalon pour le Kremlin, qui a pris conscience de sa dangerosité après l'usage que Navalny en a fait.»

Nowaja Gaseta (RU) /

Les médias indépendants dans le viseur du Kremlin

Novaïa Gazeta y voit également le début d'une nouvelle stratégie des services de renseignement contre les petits médias encore peu contrôlés :

«Ces médias n'ont pas d'actionnaires avec lesquels on puisse s'arranger, comme on avait pu le faire avec les actionnaires de Kommersant ou Vedomosti. Ils ont des donateurs et des lecteurs - qui n'ont aucun intérêt à voir ces médias courber l'échine sous les injonctions du pouvoir - bien au contraire. Meduza est le plus influent de ces petits médias, et le seul qui ait réussi à devenir un projet commercial viable. ... La tendance est évidente : un glissement s'est opéré dans ce pays, et le pouvoir émane désormais de la Loubianka [bureaux du FSB].»